L'Usine Maroc

Maroc :"grâce à Boeing, le secteur aéronautique devrait doubler d'ici à moins de 5 ans", selon le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy

, , ,

Publié le

Après l'annonce par le groupe Boeing le 27 septembre à Tanger d'un engagement de génération d'activité de l'industrie aéronautique marocaine devant atteindre à terme 1 milliard de dollars par an en achats directs ou indirects, L'Usine Nouvelle a demandé à Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie les enjeux de cette annonce pour le Maroc.

Maroc :grâce à Boeing, le secteur aéronautique devrait doubler d'ici à moins de 5 ans, selon le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy
Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie du Maroc
© DR

L'Usine Nouvelle : en quoi consiste l'accord signé avec Boeing d'un montant de 1 milliard de dollars ?
Moulay Hafid Elalamy
: Je vous le confirme, ce chiffre correspond à du sourcing direct pour un montant d'un milliard de dollars par an. C'est à dire deux fois la taille actuelle du secteur au Maroc. Dans notre pays, il existe déjà 121 équipementiers et sous-traitants et avec Boeing nous en avons identifié 120 en plus qui pourraient s'installer et doubler l'activité. Il faut savoir que Boeing a des relations avec 52 000 fournisseurs. Le délai pour réaliser l'objectif de cet "'écosystème Boeing" est de 4 à 5 ans, mais selon moi c'est possible d'y arriver avant.

Comment ?
Nous avons mis en place la démarche suivante. Au lieu de s'intéresser à des sous-traitants, les inciter et les aider un par un à développer leur implantation au Maroc, nous avons souhaité mettre en place un écosystème directement autour de Boeing. Lorsque vous avez une locomotive, autour d'elle, vous structurez un véritable écosystème complet.

C'est ce qui s'est passé dans l'automobile ?
C'est en tous cas ce que nous avons fait pour Peugeot et aussi Renault. Malgré son implantation ancienne au Maroc, Renault a un taux d'intégration relativement modeste. On a alors étudié avec ce constructeur français comment structurer son écosystème pour qu'il devienne plus performant.

Et avec Boeing ?
Nous avons démarré à partir d'une page blanche en partant de Matis qui est comme vous le savez une usine commune Safran Boeing et Royal Air Maroc. L'objectif était de tenir à Boeing le discours suivant. Vous connaissez le Maroc. Que pouvons-nous faire ensemble pour que vos coûts industriels puissent être optimisés ? Nous avons alors travaillé avec une équipe chez Boeing qui sait exactement ce qu'elle veut. De vrais pros ! Et ainsi nous sommes parvenus à structurer un écosystème de 120 équipementiers supplémentaires pour un sourcing d'un milliard de dollars.

Mais pensez-vous réellement que ce chiffre soit atteignable ?
Ma conviction, c'est que ce montant sera largement dépassé. Pour vous donner un exemple, nous travaillons aujourd'hui sur une opération, un très gros projet d'investissement qui vaudra à lui seul 800 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel. Je vous en parlerai plus en détail dès que ce sera signé. Lorsque le chiffre d'un milliard de dollars a été prononcé, cela a donné lieu à des palpitations dans la salle. Après des vérifications auprès de quelques sous-traitants et équipementiers, il s'est avéré que c'était possible d'aller plus loin.

Avant de s'engager avec le Maroc, Boeing a du se livrer à un benchmarking pointu dans la région : Tunisie, Turquie...
Ce n'est pas seulement le cas de Boeing mais de toutes les grandes sociétés qui ont pour objectif l'optimisation de leur process industriel. Ils utilisent des tableurs très précis. Ils connaissent exactement le coût de chaque composant, chaque service et chaque matière première. Dans le cas de l'aéronautique, la livraison à temps est vitale. Aujourd'hui la demande est colossale. Pour les 20 prochaines années, 40 000 avions vont être fabriqués au plan mondial.

Pour être clair, avez vous prévu des aides supplémentaires pour Boeing?
Non, ce projet s'inscrit dans les dispositifs existants. Il n'y pas de promesse particulière.

Comment le Maroc a-t-il pu le séduire ?
Il a fallu montrer en quoi le plateforme Maroc était capable de les aider à suivre la hausse des cadences. Aujourd'hui, ce n'est pas le manque de business dans le monde qui est problématique pour Boeing ou Airbus c'est la capacité de l'adresser. Il faut savoir comment répondre à un besoin d'une manière spécifique. A son objectif d'optimisation des coûts et d'augmentation de leur production à horizon 2020, nous avons proposé les dispositifs de notre Plan d'accélération industrielle avec tout ce qui est prévu dans le Fonds de développement industriel ou encore le fonds Hassan II.

N'est-ce pas ce que vous avez fait dans l'automobile ?
Lorsque nous avons défini les écosystèmes des constructeurs automobiles PSA et Renault, nous avons travaillé avec eux pour définir quels étaient leurs intérêts et la problématique qu'il fallait adresser. Une fois définie cette dernière, on choisit une liste de problèmes à résoudre que nous confrontons à nos solutions. Nous cherchons comment accompagner et aller chercher les investisseurs qui répondent à la problématique qui se pose.

Qu'est-ce qui est nouveau dans la bataille mondiale pour attirer les IDE?
Pour un responsable ministériel, vous ne pouvez plus régler les problèmes en décrétant derrière votre bureau comment cela va fonctionner et si ça ne vous convient pas, vous dites à l'investisseur, circulez. Le monde a changé. La façon d'adresser ses partenaires est complètement différente. Vous devez vous mettre dans ses chaussures et regarder quelle est sa problématique pour y répondre point par point dans le détail : fiscalité, cadre des affaires, logistique, coût de l'énergie, RH ou formation.... Avec au final la meilleure proposition globale.

Propos recueillis par Pierre-Olivier Rouaud à Casablanca

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte