Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : financement et construction chinois pour la future cimenterie du groupe Anouar Invest à Settat

, , ,

Publié le

C'est la banque chinoise Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) qui va financer en partie la construction de la cimenterie du groupe Anouar Invest dans la province de Settat pour un montant de 171 millions de dollars. L'unité industrielle, dont la construction a été confiée au groupe chinois Sinoma-CDI, devrait être opérationnelle fin 2018.

Maroc : financement et construction chinois pour la future cimenterie du groupe Anouar Invest à Settat
ICBC qui va financer l'usine d'Atlantic Cient est la première banque de Chine et du monde.
© dr

Atlantic Ciment, filiale du groupe Anouar invest, va bénéficier d'un prêt de 171 millions de dollars (156 millions d'euros) de la part d'ICBC (Industrial and Commercial Bank of China), première banque chinoise et contrôlée par l'état, même si une part est en bourse..

Ce prêt servira au financement partiel de la cimenterie qu'Atlantic Ciment veut construire à Settat dans la région de Casablanca. Le lancement des travaux est prévu au premier trimestre 2016 et la cimenterie devrait être opérationnelle fin 2018.

D'une capacité de 2,2 millions de tonnes, cette cimenterie sera construite clés en mains par le groupe chinois Sinoma-CDI (Chengdu Design & Research Institute of Building Materials Industry Co.Ltd), leader mondial de sa spécialité, devant notamment le français Fives..

C'est ce qu'a indiqué le groupe Anouar invest dans un communiqué daté du 6 décembre publié en marge du 6e forum sur la coopération sino-africaine tenu les 4 et 5 décembre à Johannesburg en Afrique du Sud. (photo)

Créé en 1994, le holding familial Anouar Invest, conduit par l'homme d'affaires El Hachmi Boutgueray, exerce ses activités notamment dans l'agroalimentaire, l'immobilier, la logistique et les matériaux de construction.

Avec ce projet annoncé fin 2014, le groupe marocain poursuit son engagement de développer le secteur des matériaux de construction avec la création d'unités de broyage aussi bien au Maroc qu'ensuite en Afrique de l'Ouest.

Par ailleurs, il y a un mois, Anouar Invest avait annoncé la construction d'une cimenterie située dans le sud marocain à Laâyoune dans le cadre du plan de développement des provinces du sud.

Sous la dénomination Cimenteries marocaines du Sud - Cimsud, cette cimenterie devrait entrer en service en 2017. Le montant de l'investissement annoncé était de 28 millions d'euros pour une capacité de 500 000 tonnes de ciment par an.

Au Maroc, le secteur de la cimenterie est dominé par les groupes internationaux Lafarge et Holcim  (qui ont fusionné au niveau mondial mais pas encore au Maroc) et Italcimenti (Ciments du Maroc). A ces opérateurs, il faut rajouter les marocains Cimat (groupe Sefrioui), Asment (Ynna Holding) et donc le dernier né en 2014 Atlantic Ciment appartenant au groupe Anouar.

Pour rappel, le groupe Anouar Invest emploie quelques 4 000 personnes. Il a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires consolidé de 8 milliards de dirhams à travers une vingtaine de filiales. Dans l'agroalimentaire, en juillet, la filiale de la holding d'Anouar Invest Casablanca Silver Food a cédé son usine de conserverie de poissons au groupe international Supreme Group, basé à Dubaï.

Jusqu'ici la Chine est peu présente au Maroc mais sa participation au développement de l'économie est plutôt encouragée par le gouvernement Benkirane

En 2013, par exemple l'Office de l'électricité avait signé un contrat de 270 millions d'euros avec la société chinoise d'équipement énergétique Sepco III pour construire une nouvelle tranche de la centrale à charbon de Jerada, à 60 km au sud d'Oujda.A cela s'joute quelques projets dans les infrastructures réalisées par des groupes chinois.

Mais, l'investissement de Shandong Iron & Steel de 120 millions de dollars annoncé en juillet 2015 pour l’installation d’une usine de pipelines en acier dans la zone franche Tanger semble tombé aux oubliettes sous l’effet des surcapacités. Il est enfin question que des équipementiers chinois participent au projet de la future usine PSA de Kenitra.

 

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle