Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : en 2014, la croissance a plafonné à 2,4%, selon le HCP

,

Publié le

Les comptes nationaux de 2014 du Maroc que vient de publier par le Haut commissariat au plan confirment le net ralentissement de la croissance l'an dernier. Elle ne s'est élevé qu'à 2,4% en 2014 contre 4,7% en 2013.

Maroc : en 2014, la croissance a plafonné à 2,4%, selon le HCP © anp.org.ma

C'est une confirmation de l'évolution médiocre de l'économie l'an passé au Maroc... La croissance en volume est passée de 4,7% en 2013 à 2,4% en 2014, selon la note d'information relative aux comptes nationaux provisoires du Haut-commissariat au plan, publiée le 4 juin.

En 2014, la progression du PIB du Maroc aura donc été la plus faible depuis l'an 2000. Et sans doute bientôt un mauvais souvenir. Pour rappel, en 2015, le Haut-commissariat prévoit en effet une croissance économique, de 3,7%, selon son dernier budget économique exploratoire.

Concernant l'année passé le HCP identifie deux déterminants principaux à la croissance médiocre : la valeur ajoutée du secteur agricole a chûté de 2,5% en 2014 (alors qu'elle avait bondi de 17,9% en 2013) et par ailleurs la valeur ajoutée des autres secteurs d'activités n'a progressé que de +0,1 point en un an, passant de 1,9% en 2013 à 2% en 2014.

L'an dernier le PIB en valeur a augmenté de 2,6% compte tenu d'un niveau général des prix en hausse de +0,2%.

effet positif des echanges extérieurs

"La demande intérieure a marqué une croissance faible de 1% en 2014 contre 4,2% en 2013. Sa contribution à la croissance du PIB a baissé [passant] de 4,8 points en 2013 à 1,2 point en 2014", relève le HCP.

Les dépenses de consommation des ménages ont ainsi augmenté modérément : +3,2% en 2014 contre +3,7% en 2013. La croissance de la consommation finale publique a, elle, fortement ralenti, passant de 4,2% à 1,8% en un an. Un effet des mesures d'économie budgétaire prises par le gouvernement Benkirane.

En revanche, les exportations de biens et services ont connu une nette embellie. Elles ont augmenté de 6,3% en 2014 contre +0,3% en 2013. Les importations ont, elles aussi, progressé (+1.8% contre +0.9% en 0213) mais moins que les exportations. Du coup, les échanges extérieurs ont eu une contribution positive à la croissance du PIB de 1,2 point (contre -0,1 point en 2013).

UN PIB DE 100 MILLIARDS DE DOLLARS

En 2014, le revenu national brut s'est établi à 985 milliards de dirhams, soit en devises (au cours actuel) une valeur de 91 milliards d'euros ou encore (juste aussi de la centaine symbolique) de 100,9 milliards de dollars. 

"Sous l'effet de l'amélioration de la consommation finale nationale de 3,2%, l'épargne nationale brute s'est établie à 26,4% du PIB, après avoir été de 27% une année auparavant," note aussi HCP.

investissement légère baisse à 32.2% du PIB

"L'investissement brut a constitué 32,2% du PIB en 2014 au lieu de 34,7% en 2013, financé à hauteur de 82% par l'épargne nationale brute contre 78% en 2013", indique également le Haut-commissariat au plan.

Celui-ci relève enfin que "le besoin de financement [externe ndr] de l'économie nationale s'est allégé, passant de 7,7% du PIB en 2013 à 5,8% en 2014."

R. L.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle