Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Maroc : Comment Lesieur Cristal passe au lean manufacturing

, , ,

Publié le

L’intégration depuis trois ans de Lesieur Cristal dans le groupe Avril a permis au groupe huilier marocain d’adopter certaines méthodes de gestion de production éprouvée dans les usines de l'industriel français, comme le lean manufacturing. Dans le cadre d'un plan d’investissements qui se poursuit avec 13 millions d'euros prévus d’ici à 2018.

Maroc : Comment Lesieur Cristal passe au lean manufacturing
Depuis trois ans, le groupe marocain, est la propriété à 41 % du géant français Avril
© lesieurcristal

"Nous avons aujourd’hui la chance de pouvoir nous comparer avec les 25 autres sites industriels du pôle végétal d’Avril", se félicite Samir Oudghiri Idrissi, le directeur de Lesieur Cristal.

Depuis trois ans, le groupe marocain, qui produit des huiles de table sous les marques Cristal, Lesieur ou Huilor et des savons sous les marques El Kef et Taous, est détenu à hauteur de 41 % par le géant français Avril (le reste du capital étant en bourse ou détenu par des institutionnels).

"Lesieur Cristal avait déjà  une vraie culture de l’innovation, souligne le directeur général du groupe Avril, Jean-Philippe Puig. Mais, nous avons amené de la rigueur dans la production, déployé nos méthodes et amené des moyens financiers",

raffiner 1 450 tonnes d’huile par jour

Pour mettre aux mêmes niveaux de productivité l'usine marocaine et les usines françaises, Avril a mis en place depuis trois ans une politique drastique d’économies touchant tous les secteurs, depuis la fabrication à la distribution en passant par le conditionnement et la logistique. 

Trente millions de dirhams par an ont été économisés depuis 2012. Dans la partie industrielle, le déploiement du lean manufacturing, "initié avant l’arrivée d’Avril", tient à préciser Samir Oudghiri Idrissi, a permis d’économiser 10 millions de dirhams par an et de générer  15% de productivité supplémentaires depuis trois ans.

L’immense usine d’Aïn Harrouda, au nord-est de Casablanca, construite en 1939, qui s’étale sur 18 hectares, a reçu l’essentiel de l’attention du groupe en matière d’investissements.

Sur la partie raffinage, 81 millions de dirhams (7,5 millions d’euros, 1000 dirhams = 92 euros) ont été investis depuis 2010, avec l’arrivée d’une nouvelle ligne pour passer à 700 tonnes par jour. Les cuves en acier ont été remplacées par des cuves en inox. L’usine peut désormais raffiner 1 450 tonnes d’huile par jour, soit 400 000 tonnes par an, et 15 qualités différentes d’huile .

138 millions de dirhams investis d’ici à 2018

Dans le conditionnement, une ligne automatique de soufflage et remplissage en ligne a été mise en place, fabriquée par l’allemand Krones. Capable de réaliser 28 000 bouteilles par heure, elle n’a rien à envier à celles des usines françaises Lesieur à Coudekerque (Nord) et Bassens (Gironde).

Le site dispose désormais de sept lignes de conditionnement, produisant au total 1,1 million de litres d’huiles par jour. Une enveloppe de 138 millions de dirhams sera par ailleurs investie d’ici à 2018 pour développer encore la production.

Le groupe a aussi relancé la trituration de graines d’oléagineux dans son usine des Roches noires, à Casablanca et lancer une unité de trituration d’olives à El Kelâa des Sraghna, au nord-est de Marrakech, où se situent les 1200  hectares d’oliveraie du groupe.

Près de 30 millions de dirhams ont été investis dans la mise en place de l’unité de trituration d’olives en 2013, capable de transformer 270 tonnes d’olives par jour. Une quantité de 6 000 tonnes d’olives ont été triturées en 2014 pour une production de 1 300 tonnes d’huiles.

Développement dans les savons

Le marché de l’huile de table au Maroc
- 1 500 tonnes produites en 2014, pour une consommation de 500 000 tonnes.
- 98 % de l’alimentaire de l’huile alimentaire vendue en magasins est issue de produits importés.

 

Parallèlement, le groupe affiche de fortes ambitions dans la partie savons, qui ne représente que 15 % du chiffre d’affaires aujourd’hui. "Après le savon pâte et la poudre, nous lançons des gels douche et voulons accroitre encore notre part sur ce marché", explique Jean-Philippe Puig, directeur général d’Avril.

D’ici à 2018, dans le cadre de son plan Cap 2018, Avril prévoit d’investir 120 millions de dirhams pour augmenter la production et améliorer la productivité de l’unité qui produit 140 tonnes de savons par jour, soit 35 000 tonnes par an.

Un complément d'activité intéressant pour le groupe qu’il entend bien ne pas négliger au profit des huiles alimentaires. Ce marché est arrivé à maturité au Maroc, mais le groupe s'est, par ailleurs engagé dans un ambitieux plan de développement de la filière agricole amont car le Maroc importe la quasi-totalité de sa consommation.

Adrien Cahuzac, à Casablanca

Lesieur Cristal en chiffres
- numéro 1 du marché de l’huile de table au Maroc avec 58 % de parts de marché
- Répartition des ventes selon les marques : Huilor : 8 %, Lesieur 30 %, Cristal 14 %, Oleor 58 %
- Chiffre d’affaires : 3,45 milliards de dirhams (1000 = 92 euros) de chiffre d’affaires en 2014 (en baisse de 5 % par rapport à 2013), dont 15 % sur savons et gels douche
- trois usines : Aïn Harrouda (raffinage et conditionnement huiles et savons), Les Roches noires/ Casablanca (trituration oléagineux) et Kelaâ des Sraghna (trituration olives)

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle