Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : à Paris, Abdelilah Benkirane signe une coopération approfondie avec l’OCDE

,

Publié le

Le chef du gouvernement marocain vient de signer un programme de coopération de deux ans avec l'OCDE portant sur l'évaluation des politiques publiques, la compétitivité ou encore la gouvernance. L'éducation est également concernée avec la participation du royaume aux prochaines évaluation PISA.

Maroc : à Paris, Abdelilah Benkirane signe une coopération approfondie avec l’OCDE
Abdelilah Benkirane et Angel Gurría à l'OCDE le 15 juin 2015
© dr

« Deux ans, c’est bien  court compte tenu de l’ampleur des sujets que nous allons aborder ensemble… », C’est par ces mots que le chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane tout sourire a (notamment) salué la conclusion d’un protocole d’accord de coopération avec Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE.

La signature s’est effectuée ce lundi 15 juin en milieu de journée au château de la Muette siège de l’OCDE à Paris à l’issue d’une rencontre entre une importante délégation marocaine et les officiels de l’OCDE. Abdelilah Benkirane était notamment accompagné de Mohamed Louafa ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance.

Le protocole d’accord en question est relatif à l’établissement d’un « Programme-pays Maroc » sur deux ans donc "visant à soutenir le plan de réformes du Maroc" selon l’OCDE.

Ce type de collaboration est un outil récent de l’OCDE. Il vise pour certaines économies partenaires non membres de tirer profit de l’expertise et des bonnes pratiques de l’institution « pour renforcer leurs institutions et les capacités pour des réformes publiques réussies » sur des thèmes couvrants couvre la croissance et la compétitivité, l’inclusion sociale ou  la gouvernance publique.

"L’établissement d’un Programme-pays résulte de la détermination du Maroc à collaborer plus étroitement aux travaux de l’OCDE et à promouvoir les réformes socio-économiques", a insisté le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría.

Le Programme-pays Maroc inclut 17 examens des politiques publiques, l’adhésion à 9 instruments juridiques de l’OCDE et une participation renforcée à 9 comités de l’OCDE, selon le communiqué de l’OCDE l

Il permettra au Maroc de disposer d’informations et recommandations permettant d’élaborer et de renforcer son plan de réformes économiques et sociales durant les deux prochaines années en vue de soutenir une croissance forte, inclusive et durable, estime l’OCDE.

aucun volet financier

Le programme ne comprend pas de volet particulier concernant la lutte contre la corruption, un des thèmes phares d’Abdelilah Benkirane durant sa campagne en 2011 et un des grands domaines d’expertise de l’OCDE. "Mais nous collaborons déjà sur la thématique de la gouvernance et par exemple des marchés publics", a souligné Angel Gurria lors d’un point presse commun.

A noter que l’institution internationale doit présenter cette semaine à Rabat une étude sur le "gouvernement ouvert" centrée sur le Maroc.

Le Maroc est la troisième économie dans le monde à s’engager dans ce programme après le Pérou 2014 et le Kazakhstan début 2015. La participation du Maroc fait suite à "une longue conversation entre nous à l'occasion du forum de Davos" a glissé le chef du gouvernmeent marocain.

Cette coopération spécifique n’est accompagnée d’aucun volet financier. Elle ne devrait pas nécessiter de besoin de financements additionnels pour l‘OCDE. Elle s’insérera notamment dans différents programmes existants notamment ceux menés entre l’OCDE et la région Mena.

"Si des besoins particuliers se faisaient sentir pour mener des études approfondies, on se posera la question du financement mais ce sont de petits montants qui pourraient être facilement dégagés", selon Angel Gurria.

Alors que les premiers contacts approfondis entre le royaume marocain et l’OCDE remontent à 1997, Abdelilah Benkirane s’est quant à lui réjouit de ce lancement. "Nous sommes ravis de cette coopération. Parmi nos attentes fortes figurent les sujets de la gouvernance publique de l’emploi notamment des jeunes ou encore du système éducatif sur lequel le Maroc n’a pas de très bonnes performances, ce que chacun sait".
A noter, en particulier, que le Maroc va être intégré dans les prochaines évaluations PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), référence mondiale sur le niveau de connaissances en fin de scolarité obligatoire. Le Maroc rejoint donc la Tunisie, seul pays africain à ce jour à être intégré au programme auquel une soixantaine de pays participent.
P.-O. R.

 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle