Maroc : à la veille de l'augmentation du SMIG, faible progression des salaires dans le secteur privé en 2014

Comme prévu, le Smig doit augmenter de 5% ce 1er juillet, soit un total de 10% de hausse en un an après le relèvement similaire effectué en juillet 2014. Un chiffre qui cache la faible progression des salaires du secteur privé formel. En 2014, ceux-ci ont augmenté entre 1,7 et 1,9% selon les derniers chiffres de la Caisse nationale de sécurité sociale et de la Caisse marocaine interprofessionnelle des retraites.

Partager
Maroc : à la veille de l'augmentation du SMIG, faible progression des salaires dans le secteur privé en 2014
Le gouvernement marocain doit relever le salaire minimum de 5% en juillet

Le gouvernement d'Abdelilah Benkirane l'avait promis, ce sera bientôt chose faite.
Après une hausse de 5% en juillet 2014, au Maroc le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti, fixé sur une base horaire) doit de nouveau être augmenté de 5% ce 1er juillet.
Ainsi, le salaire minimum non agricole passe de 12,85 dirhams par heure à 13,46 dirhams (1,24 euro). En équivalent mensuel, le SMIG actuel de 2 455 dirhams (225 euros) devrait donc être porté à 2 570 dirhams.

Cette hausse confirme pour le salaire minimum marocain le fait d'être le plus élevé d'Afrique du Nord, presque le double de celui de l'Egypte notamment.

Mais alors que cette augmentation du SMIG se profile, les chiffres de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) font état d'une moindre progression des salaires du secteur privé en 2014 (+1,7%) par rapport à la période 2010-2014 (+2,8%).

Pour rappel, il y a trois millions de salariés déclarés au Maroc, alors que la population active de plus de 15 ans s'élève à 11,67 millions de personnes au premier semestre 2015, selon le Haut-commissariat au plan (HCP). L'an dernier, les trois millions de travailleurs affiliés à la CNSS percevaient en moyenne 4 811 dirhams, soit 442 euros (1 000 dirhams = 92 euros) par mois.

À LIRE AUSSI

Hausse du SMIG de 10% au Maroc : le patronat s'alarme

Un peu plus de 87% des travailleurs de la CNSS touchent moins de 6 000 dirhams par mois et 93,6% moins de 10 000 dirhams par mois. Parmi les salariés affiliés à la CNSS, 43,4% d'entre eux touchent une somme égale ou inférieure au SMIG, le salaire minimum hors agriculture. Celui-ci est fixé actuellement à 2 455 dirhams par mois (pour 44 heures de travail par semaine).

Pour les salariés affiliés à la CIMR, c'est le même son de cloche que du côté de la CNSS. Si le salaire moyen est deux fois plus important (11 205,60 dirhams), celui-ci voit aussi son augmentation peu progresser à +1,9%. À titre de comparaison, l'augmentation avait atteint 6,41% en 2009. La plupart des entreprises adhérentes à la CIMR sont des entreprises de plus de 100 personnes, travaillant essentiellement dans le secteur du commerce et de l'industrie, où 63% des salariés affiliés touchent plus de 5 000 dirhams par mois.

L'an dernier quelques jours après l'annonce de la hausse du SMIG en mai 2014 la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) s'était inquiétée de l'effet de cette mesure gouvernementale sur la compétititvité du pays.

Romain Lambic

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur Contrôle Commande F/H

ORANO - 09/12/2022 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

41 - BLOIS

ETUDES PRE-OPERATIONNELLES POUR LA CREATION DE LA ZAC DU PARC D'ACTIVITE AU NORD-EST DU COEUR DE L'AGGLOMERATION DE BLOIS.

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS