Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : à la veille de l'augmentation du SMIG, faible progression des salaires dans le secteur privé en 2014

Romain Lambic ,

Publié le

Comme prévu, le Smig doit augmenter de 5% ce 1er juillet, soit un total de 10% de hausse en un an après le relèvement similaire effectué en juillet 2014. Un chiffre qui cache la faible progression des salaires du secteur privé formel. En 2014, ceux-ci ont augmenté entre 1,7 et 1,9% selon les derniers chiffres de la Caisse nationale de sécurité sociale et de la Caisse marocaine interprofessionnelle des retraites.

Maroc : à la veille de l'augmentation du SMIG, faible progression des salaires dans le secteur privé en 2014
Le gouvernement marocain doit relever le salaire minimum de 5% en juillet
© rouaud

Le gouvernement d'Abdelilah Benkirane l'avait promis, ce sera bientôt chose faite.
Après une hausse de 5% en juillet 2014, au Maroc le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti, fixé sur une base horaire) doit de nouveau être augmenté de 5% ce 1er juillet.
Ainsi, le salaire minimum non agricole passe de 12,85 dirhams par heure à 13,46 dirhams (1,24 euro). En équivalent mensuel, le SMIG actuel de 2 455 dirhams (225 euros) devrait donc être porté à 2 570 dirhams.

Cette hausse confirme pour le salaire minimum marocain le fait d'être le plus élevé d'Afrique du Nord, presque le double de celui de l'Egypte notamment.

Mais alors que cette augmentation du SMIG se profile, les chiffres de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) font état d'une moindre progression des salaires du secteur privé en 2014 (+1,7%) par rapport à la période 2010-2014 (+2,8%).

Pour rappel, il y a trois millions de salariés déclarés au Maroc, alors que la population active de plus de 15 ans s'élève à 11,67 millions de personnes au premier semestre 2015, selon le Haut-commissariat au plan (HCP). L'an dernier, les trois millions de travailleurs affiliés à la CNSS percevaient en moyenne 4 811 dirhams, soit 442 euros (1 000 dirhams = 92 euros) par mois.

Un peu plus de 87% des travailleurs de la CNSS touchent moins de 6 000 dirhams par mois et 93,6% moins de 10 000 dirhams par mois. Parmi les salariés affiliés à la CNSS, 43,4% d'entre eux touchent une somme égale ou inférieure au SMIG, le salaire minimum hors agriculture. Celui-ci est fixé actuellement à 2 455 dirhams par mois (pour 44 heures de travail par semaine).

Pour les salariés affiliés à la CIMR, c'est le même son de cloche que du côté de la CNSS. Si le salaire moyen est deux fois plus important (11 205,60 dirhams), celui-ci voit aussi son augmentation peu progresser à +1,9%. À titre de comparaison, l'augmentation avait atteint 6,41% en 2009. La plupart des entreprises adhérentes à la CIMR sont des entreprises de plus de 100 personnes, travaillant essentiellement dans le secteur du commerce et de l'industrie, où 63% des salariés affiliés touchent plus de 5 000 dirhams par mois.

L'an dernier quelques jours après l'annonce de la hausse du SMIG en mai 2014 la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) s'était inquiétée de l'effet de cette mesure gouvernementale sur la compétititvité du pays.

Romain Lambic

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle