Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : à l'heure de la COP22, la banque BMCE creuse le sillon de la finance verte

, , ,

Publié le

La BMCE vient de se voir allouer 35 millions d’euros dans le cadre du programme MorSEFF à l’occasion du forum Creating green banking markets in Africa. Les banques marocaines seraient prêtes à dédier elles-mêmes 1 milliard de dirhams supplémentaires à des financements ‘verts’.

Maroc : à l'heure de la COP22, la banque BMCE creuse le sillon de la finance verte
Othman Benjelloun, PDG BMCE Bank
© wef

Les entreprises citées

La Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) veut se positionner comme le leader du développement de la finance écolo au Maroc et en Afrique. Le 12 octobre, la Banque a organisé avec la BERD le forum "Creating Green Banking Markets in Africa". L’occasion de signer une nouvelle convention : 35 millions d’euros alloués à la BMCE dans le cadre du programme MorSEFF (Morocco Sustainable Energy Financing Facility).

Doté d’un fonds de 80 millions d’euros, pourvu par la BERD, la Banque allemande de développement KfW, la Banque européenne d'investissement (BEI) et l'Agence française de développement (AFD), le programme MorSEFF a alloué  une première fois 20 millions de dirhams (1 000 dirhams = 92 euros) à la BMCE en mars 2015. Le même montant a été accordé à la BCP en janvier 2016. Au total, 75 des 80 millions de dirhams du fonds ont donc été placés.

Ces 35 nouveaux millions d’euros seront prêtés via le crédit BMCE Cap Energie aux entreprises qui veulent investir dans les énergies renouvelables ou dans l’amélioration de l’efficacité énergétique de leur appareil de production.

Des Green bonds au maroc?

En parallèle, la BERD-Africa conjointement avec BMCE Bank of Africa a investi l’an dernier au Maroc 126 millions d’euros dans le parc éolien de Khalladi de 120 MW près de Tanger. Dans un autre domaine, la Banque européenne d'investissement vient également d'accorder un prêt de 24 millions d’euros au groupe suisse de fertilisants bio Elephant Vert pour ses activités au Maroc.

Pour l’heure, la finance verte au Maroc, se limite à ces opérations d’origine européenne - exception faite de l’écotaxe sur les plastiques - mais la BMCE a d’autres ambitions. Selon Othman Benjelloun, PDG de la BMCE et président du GPBM, les banques marocaines sont disposées à "identifier le risque carbone dans leur portefeuille d’actifs".

Surtout, elles seraient prêtes à dédier un milliard de dirhams (soit environ 92 millions d'euros) à des projets écologiques. Ce milliard serait engagé via l’émission de ‘green bonds’, les obligations environnementales, et l’ouverture de lignes de financement dédiées à des projets d’efficacité énergétique, de gestion de l’eau et de valorisation des déchets.

La BMCE devrait elle-même apporter la moitié de la somme. Le 20 octobre, son assemblée générale va autoriser son conseil d’administration à réaliser plusieurs émissions d’obligations de type "Green Bonds" pour un montant maximal de 500 millions de dirhams. Selon la presse marocaine, les autorités du pays et notamment la banque centrale Bank Al-Mahgrib plancherait sur la mise en place d'une initiative sur la finance durable qui pourrait être annoncée durant la COP22 qui ouvre le 7 novembre à Marrakech.

Julie Chaudier, à Casablanca

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle