Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : 6 mois pour conduire la liquidation de la Samir

,

Publié le

L'unique raffineur de produits pétroliers du Maroc après avoir fait l'objet d'une liquidation judiciaire se retrouve en sursis d'activité de six mois. Ce délai permettra à l'administrateur judiciaire de faire le point sur les actifs en vue d'une revente ou de négocier un redémarrage avec un éventuel repreneur.

Maroc : 6 mois pour conduire la liquidation de la Samir © dr

Six mois supplémentaires d'activité. C'est le délai qu'aurait obtenu du Tribunal de commerce de Casablanca l'unique raffinerie marocaine à l'arrêt depuis août 2015, la Samir. C'est ce que cite l'agence Reuters qui se base sur deux sources proches du raffineur du royaume.

Le syndic Mohamed El Krimi, désigné par le tribunal de commerce dans le cadre de la décision de liquidation de la Samir a fort à faire après une liquidation judiciaire prononcée depuis mars et après plusieurs promesses de recapitalisation avortées dont la dernière date du mois de mai.

En effet, le liquidateur devra selon la configuration qui se dessinera soit vendre les actifs pour espérer rembourser le maximum de dettes laissées par les précédents dirigeants soit tenter de trouver un repreneur.

A ce sujet, la Samlr fait face à un niveau d'endettement bancaire abyssal, supérieur à 20 milliards de dirhams et des arriérés administratifs de 13 milliards de dirhams.     

Situé en Suède, Corral Petroleum Holdings AB est le principal actionnaire et maison mère de la Samir dont Mohammed El Amoudi est actionnaire majoritaire. Au 21 mai 2015, Corral Petroleum Holding détient de 67,27% du capital de la Samir et la Holding marocaine commerciale (Holmarcom) 7,78%. Divers actionnaires minoritaires possèdent les 26,95% restants.

Répondant à une requête des actionnaires minoritaires, le tribunal de commerce de Casablanca a lancé une expertise de gestion selon Médias 24 qui cite Kamal Nasrollah, l'un des avocats qui instruit cette enquête. Les actionnaires minoritaires en question représentent environ 12% du capital de la Samir. Ils se composent notamment des fonds gérés par les banques marocaines Attijariwafa Bank, BMCI, la CMR, Sanad et Atlanta.

Quel avenir pour la Samir ? Liquidation pure et simple ? Revente aux enchères ? Arrivée d'un repreneur éventuel ? En attendant les futurs développements, suite à la demande de l'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC), la suspension de cotation des titres de capital de la société SAMIR à la Bourse de Casablanca a été reconduite à compter du 20 juin et ce pour la 24ème fois depuis le début de l'année.

N.D.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle