Maroc : 32 projets d'investissements pesant 1,4 milliard d'euros soutenus par l'Etat

En fin d'année 2014, la Commission interministérielle des investissements a validé 32 projets pour un montant global de 1,4 milliard d'euros d'investissements. Ceux-ci devraient générer 4 057 emplois directs. Le géant public des phosphates OCP compte pour une grande partie dans la valeur de ces projets.

Partager

Maroc : 32 projets d'investissements pesant 1,4 milliard d'euros soutenus par l'Etat
Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie

Fin d'année studieuse pour le gouvernement Benkirane. Réunie à Rabat le 24 décembre, la Commission nationale des investissements a approuvé 32 projets de conventions d'investissement et d’avenants pour un montant global de 1,4 milliard d'euros (15,5 milliards de dirhams).

Cette procédure s'inscrit dans le cadre des soutiens étatiques à l'investissement privé ou public dans certains cas. Les entreprises peuvent conclure avec l’État une convention leur accordant divers avantages spécifiques ou subventions comme la prise en charge d'une part des investissements, jusqu'à 10% pour certains, notamment via le fonds Hassan II. Les porteurs de projets devant, eux, s'engager sur des montants d'investissements ou des embauches.

La Commission mise en place en 1998 examine les investissements supérieurs à 200 millions de dirhams (environ 20 millions d'euros) ou peut aussi statuer sur d'éventuels blocages administratifs.

4 057 emplois "directs et stables"

C'est dans ce cadre que s'insèrent les derniers 32 projets de conventions. Ceux-ci devront générer au moins 4 057 emplois "directs et stables".

Les autorités n'ont pas donné de détails quant aux projets, mais dans cette livraison, "le secteur de l'industrie reste le principal pourvoyeur d'emplois avec 85% du total des emplois à créer", a déclaré Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie et du commerce qui exerce la tutelle de l'AMDI (Agence marocaine de développement des investissements).

En valeur, l'industrie a représenté les trois-quarts des investissements approuvés, soit 11,7 milliards de dirhams (1,07 milliards d'euros).

Les secteurs de l'énergie, la production et la distribution d'eau avec 3,04 milliards de dirhams (277 millions d'euros) représentent le cinquième des investissements passés en revue par la Commission alors que le tourisme compte pour 3%.

En termes de création d'emplois, le secteur du commerce devrait représenter le dixième des emplois. Les secteurs du tourisme, de l'énergie, la production et la distribution d'eau arrivent après 2% des emplois chacun.

Plus de 11 milliards de dirhams

Fait notable, ce passage en revue comporte très peu de projets étrangers.

Le "résultat est attribuable aux grands projets relevant des secteurs de l'industrie et de l'énergie, la production et la distribution d'eau, portés essentiellement par des groupes nationaux, dont les montants d'investissements dépassent les 11 milliards de dirhams", a notamment indiqué Moulay Hafid El Alamy.

Les investissements du groupe public OCP (Office chérifien des phosphates) comptent à eux seuls près des deux tiers de ces investissements soit 890 millions d'euros (9,75 milliards de dirhams).

"En dépit de son importance, ce montant [celui des 32 projets totalisants 15,5 milliards de dirhams NDR] ne reflète pas la capacité réelle du Maroc à drainer des investissements", a regretté Abdelilah Benkirane lors de la Commission selon un communiqué.

De même source : il a "appelé les institutions concernées par ce volet à renforcer leur action pour la prospection des investisseurs et leur orientation vers les secteurs présentant une carence en investissement privé".

En décembre 2013, la même réunion de la Commission interministérielle des investissements avait approuvé 40 projets pour un montant de 3,84 milliards d'euros (42 milliards de dirhams).

Mais d'autres projets d'investissement, pourraient bien sûr obtenir l'aval du gouvernement en cours d'année.

A l'occasion de cette réunion de décembre, ont par ailleurs, été évoquées certaines réformes en cours (voir vidéo de Moulay Hafid Elalamy ci-dessous) dont la baisse du plafond d'éligibilité aux aides. Celui-ci passe de 200 à 100 millions de dirhams. Un plus grand nombre de projets de petite taille sera donc soutenu financièrement par les pouvoirs publics. Certaines exonérations de TVA vont aussi être prolongées.

Par ailleurs, pour rappel, l'année 2015 sera aussi celle de la mise en place d'un nouveau système additionnel de subventions ciblant l'industrie via le Fonds de développement industriel annoncé par "MHE", début avril 2014.

Nasser Djama, avec PO Rouaud

En vidéo Moulay Hafid Elalamy s'exprime au sujet de la validation des 32 projets de 15,5 milliards de dirhams par la commission des investissements (reportage Les Ecos)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS