Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Marlier, expert français du contrôle non destructif aéronautique, monte en puissance au Maroc

, , ,

Publié le

La PME auvergnate Marlier a décidé de déménager et d’agrandir son usine marocaine en 2016 pour doubler son activité de service de contrôle non destructif aux entreprises aéronautiques installées près de Casablanca.

Marlier, expert français du contrôle non destructif aéronautique, monte en puissance au Maroc
L’entreprise Marlier SA, spécialiste du contrôle non destructif pour le secteur aéronautique fêtait ses 25 ans le 2 octobre 2015
© marliersa

L’entreprise Marlier SA, spécialiste du contrôle non destructif pour le secteur aéronautique fêtait ses 25 ans le 2 octobre 2015. Une étape franchie avec un certain succès pour son site marocain.

Un chiffre d'affaires de 500 000 euros au Maroc

"En 2016, nous allons déménager de Temara [près de Rabat, ndlr] où nous sommes installés depuis 10 ans, à Casablanca pour avoir plus de place et être plus près de nos clients. Aujourd’hui nous disposons d''une petite entité au sein de Casa Aero [usine installée dans l’aéropôle de Nouaceur, près de l’aéroport Mohammed V, ndrl] et nous aimerions être indépendant", a annoncé Jacques Marlier, PDG de Marlier SA, lors des Aerospace Meetings qui se tenaient les 6 et 7 octobre , à Casablanca.

Avec un chiffre d’affaires en 2014 d’environ 500 000 euros au Maroc, le groupe Marlier réalise dans le royaume un cinquième de son chiffre d'affaires  global, soit environ 2,5 millions d'euros.

L’entreprise dont le siège est à Pérignat-Es-Allier dans le Puy-de-Dôme compte parmi ses clients Bombardier, Daher ou Royal Air Maroc … et fait face à une demande grandissante d’un secteur en pleine expansion.

A Maroc, le développement de l'industrie aéronautique (environ 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires aujourd'hui) nécessite celui des moyens d'essais. Le Cetim Maroc a ainsi lourdement investi pour cela près de l'aéroport de Casablanca. La société française de métrologie Trescal s'apprête elle aussi à s'implanter au Maroc.

Quant à Marlier, "dans notre nouvelle usine, nous disposerons d'un laboratoire plus grand, de 400 ou 500 m², qui nous permettra d’avoir un blockhaus à rayon X. L’objectif est de doubler le nombre d’employés pour atteindre 15 personnes, contre 8 aujourd’hui", détaille Jacques Marlier.

Un défi pour cette PME dont la principale difficulté réside dans le recrutement. "Nous sommes obligés de former  chaque employé marocain pendant un an comme chacun de nos employés, avant qu’il n’aille en France passer un examen, explique Jacques Marlier. Dans notre métier, on se déplace beaucoup, il faut être réactif parce qu’en général nos clients nous appellent à la dernière minute, or c’est difficile de trouver des gens qui soient assez flexibles et rapides pour répondre à ces demandes." 

Au final, Marlier Maroc n’a conservé que près de la moitié des techniciens formé. "Ils sont rapidement débauchés, notamment par l’Arabie Saoudite. Mais c’est un problème inhérent au métier et qui vaut également en France. Depuis le début, j’ai formé 110 personnes, et regardez : nous sommes 36, au total", constate le PDG.

La montée en puissance du site marocain permettra également à la société de mieux répondre à des demandes venues des pays d’Afrique francophone. "Aujourd’hui, nous avons déjà des clients au Sénégal et au Cameroun notamment", précise-t-il. Une filiale a même déjà été créée au Congo Brazzaville.

Julie Chaudier, à Casablanca

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle