Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mark Hurd, PDG de HP, poussé à la démission

,

Publié le

En accord avec le conseil d'administration de HP, Mark Hurd, PDG du groupe depuis 2005, vient de démissionner de toutes ses fonctions, avec effet immédiat. En interne, les motifs invoqués pour justifier son départ suscitent moult interrogations.

Mark Hurd, PDG de HP, poussé à la démission © HP

Rebelote. Si le poste de PDG de HP (114,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires et 304 000 salariés en 2009) est envié, il n'en est pas moins précaire. Après Carla Fiorina (contrainte à la démission en 2005), Mark Hurd, qui lui a succédé en 2005 et a considérablement redressé les finances du groupe, vient lui aussi d'être poussé vers la sortie. A l'origine de sa décision, il y aurait une plainte pour « harcèlement sexuel » émanant de Jodie Fisher, une ex-sous-traitante de HP. L'enquête a permis de déterminer qu'il « n'y a eu aucune violation de la politique de HP contre le harcèlement sexuel ». Mais elle aurait aussi mis en exergue « des violations » du code de conduite professionnelle du groupe, parmi lesquelles « un conflit d'intérêt », des « notes de frais insuffisamment documentées » et une « utilisation inappropriée des actifs du groupe ».

Dans l'attente de la nomination d'un successeur, c'est Cathie Lesjak, directrice financière depuis 2007, qui assurera l'intérim de Mark Hurd (53 ans). Ce dernier, qui affirme dans un communiqué que son départ « ne reflète en rien une dégradation des performances opérationnelles ou de l'intégrité financière de HP », doit bénéficier d'une indemnité de départ de 12,2 millions de dollars et recevoir 46 000 actions du groupe, pour un montant estimé à environ 16 millions de dollars.

La fin d’un règne austère

Pour tous les collaborateurs, c'est une page importante, parfois douloureuse, de l'histoire de HP qui se tourne. « En interne, tout le monde ne parle que de cela », nous confie Jean-Paul Vouillier, élu syndical CFTC chez HP, en précisant que le premier sondage réalisé sur le Web montre que « peu de salariés français regretteront ce PDG », qui s'est fait connaître pour ses politiques draconiennes de « réduction des coûts » (plans de licenciements compris) et son goût immodéré pour les rachats : en cinq ans seulement, il a conduit HP à racheter, entre autres, EDS, 3com et Palm.

Un départ intrigant

De ce côté-ci de l'Atlantique, les motifs et les conditions de départ de l'intéressé suscite de multiples interrogations. Dans une lettre adressée au PDG de HP France, la CFTC a ainsi demandé des précisions sur « ce qui est reproché à Mark Hurd », en soulignant que « n'importe quel employé aurait été licencié pour faute grave et poursuivi. Lui, non ». Et le syndicat d'enfoncer le clou en demandant à ce que la lumière soit faite sur les modalités financières de ce départ (qui serait intervenu au lendemain de la conclusion d'un accord entre Mark Hurd et Jodie Fisher, selon le Wall Street Journal).

A peine la démission annoncée, les analystes son nombreux à se livrer à des pronostics sur son successeur. Pour Martin Reynolds du cabinet Gartner, par exemple, Mark Hurd a transformé HP en une « machine à contrôler les coûts », contribuant à lui « faire perdre son image de compagnie innovante ». Tout l'enjeu pour son remplaçant sera donc « d'emmener HP à l'étape suivante » et de l'aider à redorer son « image de marque ».

Christophe Dutheil

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle