Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mariage à épisodes

Publié le

« GDF-Suez, Le dossier secret de la fusion » Par Joan Condijts et Feryel Gadhoum. Editions Michalon. 257 pages. 18 euros

Les entreprises citées

D'un côté, le gazier tricolore, aux 37 000 agents, nationalisé à la Libération. Il est dirigé par le madré Jean-François Cirelli, fils d'hôtelier savoyard, issu de la méritocratie d'Etat. De l'autre, une compagnie plus que centenaire, qui a connu des vicissitudes dans la finance et l'immobilier avant d'être recentrée, sous la houlette de Gérard Mestrallet, tenace manager, fils d'un commerçant parisien, également produit de l'école républicaine. C'est une fusion inédite : GdF, symbole du service public à la française, et Suez, fruit d'un siècle de capitalisme mécano ; le fleuron du nucléaire privé européen et le premier acheteur de gaz d'Europe. Un mariage improbable qui a connu bien des soubresauts avant d'aboutir avant l'été, sauf rebondissement. En réalité, il a été imaginé depuis près de dix ans pour créer le quatrième géant français de l'énergie. Il a fallu se parler, se connaître, élaborer des scénarios en secret. Jusqu'au fameux samedi 25 février où Dominique de Villepin décidera cette fusion en une heure, contre son ministre des Finances. Et la négociation finale, l'été dernier, avec Nicolas Sarkozy, à la Lanterne à Versailles, imposant à Mestrallet la scission de l'énergie et des activités envi-ronnement. Ces étapes sont racontées dans un style haletant, sensationnel même, par ses deux auteurs journalistes, l'un au quotidien belge « Le Soir », l'autre au « Figaro ». Ils décrivent par le menu une ténébreuse affaire de violation d'ordinateur à Bruxelles, décidée, d'après eux, au plus haut niveau. Ils mettent en scène les deux dirigeants et leurs rivalités, leurs actionnaires, le premier d'entre eux, l'homme d'affaires belge Albert Frère. Même si ses intentions futures n'apparaissent pas : acceptera-t-il de jouer les utilités dans un groupe contrôlé par l'Etat français ou préférera-t-il se replier sur le pôle environ-nement ? Voilà la prochaine bagarre. .

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle