Marchés: L'ESMA appelle Londres à préciser sa position bien avant le Brexit

par Huw Jones
Partager
Marchés: L'ESMA appelle Londres à préciser sa position bien avant le Brexit
Une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne pourrait conduire à une scission des marchés actions européens mais les dommages pourraient être limités si Londres exposait suffisamment à l'avance son approche en la matière, a déclaré mardi le président de l'ESMA Steven Maijoor (photo). /Photo prise le 13 février 2019/REUTERS/Clodagh Kilcoyne

LONDRES (Reuters) - Une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne pourrait conduire à une scission des marchés actions européens mais les dommages pourraient être limités si Londres exposait suffisamment à l'avance son approche en la matière, a déclaré mardi le président de l'ESMA, principale autorité européenne des marchés de titres.

L'UE avait suscité l'irritation des professionnels de marché en mars en annonçant qu'en cas de "no deal" les investisseurs de l'Union ne pourraient traiter que les actions cotées sur un marché d'Europe continentale et seulement 14 valeurs cotées en Grande-Bretagne, soit au total un peu plus de 6.200 valeurs sur les quelque 23.000 cotées aujourd'hui dans l'UE.

Elle a modifié sa position la semaine dernière afin d'assouplir les modalités de l'obligation de négociation sur actions (share trading obligation, STO).

"En dépit de cet ajustement (...), la STO va fragmenter les marchés et en tant que partisans des marchés ouverts, je regrette fortement ce résultat", a déclaré le président de l'ESMA, Steven Maijoor, lors d'un colloque organisé par la Fédération des Bourses européennes à Dublin.

Il a appelé la Federal Conduct Authority (FCA) britannique a préciser suffisamment à l'avance la politique britannique en la matière afin d'éviter des perturbations lors de la sortie de l'UE, prévue pour l'instant le 31 octobre.

"Du point de vue pratique, cela pourrait signifier que des éclaircissements ne seront fournis que quelques jours, peut-être même quelques heures avant une situation de 'no deal'", a-t-il dit.

"Afin de permettre aux intervenants de marché de se préparer correctement au risque d'un 'no deal', j'espère sincèrement que ce calendrier sera reconsidéré et que des éclaircissements seront fournis bien avant la date du Brexit en octobre."

(Marc Angrand pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS