Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Marchegay sauvée par la solidarité des patrons vendéens

, , , ,

Publié le

Le fabricant de verrières et de serres Marchegay à Luçon (Vendée) devait trouver 400 000 euros pour éviter la liquidation. Mission accomplie en un temps record grâce à la mobilisation de 32 patrons vendéens.

Les entreprises citées


©Marchegay

Marchegay Technologies, fabricant de serres et de verrières basé à Luçon (Vendée), vient d'échapper à la liquidation, grâce à la mobilisation de chefs d'entreprises vendéens qui ont levé, en dix heures, les 400 000 euros de trésorerie qui faisaient défaut à l'entreprise. Marchegay se trouvait en redressement judiciaire depuis le 22 juillet 2015, confrontée à une baisse importante de ses marchés historiques (le photovoltaïque et les jardineries). Elle avait, quelques jours plus tôt, cédé à Dome Solar sa gamme photovoltaïque. Le 29 octobre, le tribunal de commerce de la Roche-sur-Yon devait examiner le dossier de reprise de Marchegay par son dirigeant Franck Champain, jusqu'ici actionnaire minoritaire, le fonds Argos Soditic détenant 75 % des parts depuis 2011.

75 emplois maintenus

L'opération prévoyait le maintien de 75 postes sur les 105 de l'entreprise. Sans cet apport de fonds, le dirigeant n'aurait pu mener à bien ce projet et l'entreprise était promise à la liquidation. Une souscription a été lancée deux jours avant l'audience. "J'ai envoyé un mail le lendemain matin à 11h34 à plusieurs associations d'entreprises locales. A 21h30, les 400 000 euros étaient réunis", raconte Franck Champain. Au total, 32 entreprises, essentiellement vendéennes, ont répondu à l'appel en s'engageant pour des montants allant de 1 000 à 150 000 euros. L'avance est remboursable sous trois mois.

Soutien de Xavier Niel

Dès lors, le tribunal de commerce a validé le plan de reprise de la société qui a reçu des lettres de soutien de haut vol. L'une émane de Xavier Niel, le patron de Free, avec qui Marchegay travaille sur un projet d'incubateurs de start-up à la Halle Freyssinet, à Paris. L'autre de Bouygues Construction, avec qui l'entreprise vient de signer un gros contrat pour la réalisation d'une sphère à la Cité de la Musique sur l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Marchegay Technologies fait état de carnets de commandes remplis pour 2016.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle