Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Marc Nassif, un pro de l'international, ancien patron de l'Inde, va diriger Renault Maroc

, , , ,

Publié le , mis à jour le 17/02/2016 À 12H30

Le groupe Renault a annoncé la nomination de Marc Nassif au poste de directeur général de Renault Maroc en remplacement de Jacques Prost parti en retraite. Défi de l'ancien patron "Inde" du groupe : poursuivre la montée en puissance de l’usine de Tanger. Et aussi maintenir la position commerciale du constructeur sur le marché marocain où il est le net leader grâce notamment aux Dacia "made in Morocco". Il pilotera près de 10 000 salariés.

Marc Nassif, un pro de l'international, ancien patron de l'Inde, va diriger Renault Maroc
Marc Nassif, futur DG de Renault Maroc.
© dr

Un nouveau patron pour Renault au Maroc. Le groupe français a annoncé dans un communiqué du 16 février la nomination de Marc Nassif au poste de directeur général de Renault Maroc. Il remplace Jacques Prost qui était en poste depuis cinq ans et est parti en retraite fin 2015.

Ce natif du Caire, âgé de 54 ans, a roulé sa bosse à l’international pour la marque au losange où il est entré au milieu des années 1980. Il a déjà dirigé une filiale "pays" du constructeur français.

Arrivé en Inde en 2008, il en devenu patron de Renault en Inde jusqu’en 2014, participant notamment à la construction de l’usine Renault Nissan de Chennai ou encore lançant le Duster sur ce marché (voir vidéo ci-dessous sur le lancement de la Fluence).

A la tête de Renault en Inde, il avait notamment œuvré pour l'accroissement de la part du sourcing local dans les opérations du constructeur dans ce pays.

Avant son long séjour en Inde, ce diplômé de l’Institut Catholique d’Arts et Métiers de Lille avait occupé de nombreuses fonctions à dominante technologique et production.

Il a notamment travaillé aux Etats-Unis, au Brésil, au Mexique ou encore en Espagne où de 1991 à 1996, il a participé au lancement de la première Laguna dans l’usine de Palencia et y créant le service "Méthodes Décentralisées Montage".

Au Brésil de 2000 à 2004 à Curitiba, il a notamment lancé et dirigé l'usine "véhicules utilitaires", la première du groupe à fabriquer aussi des véhicules pour Nissan.

maintenir la position commerciale du constructeur français

Alternant ses missions à l’international avec des retours professionnels en France, Marc Nassif, un polyglotte passé par HEC et l’université Stanford était devenu depuis mi-2014, directeur du développement international au sein de la direction de l’ingénierie, plus particulièrement en charge du développement des centres d’ingénierie internationaux.  

Comme son prédécesseur, Marc Nassif chapeautera l’ensemble des opérations du groupe au Maroc. Ce périmètre inclut Renault Commerce Maroc, la filiale commerciale ainsi que l’usine Somaca de Casablanca (détenue par Renault à 80% aux côtés de PSA) et l’usine emblématique Renault de Tanger ouverte en 2012.

Le nouveau patron est rattaché à Bernard Cambier, directeur des opérations de la région Afrique-Moyen-Orient-Inde (AMI), basé à Dubaï.

Son défi : maintenir la position commerciale du constructeur français sur le marché marocain (130 316 immatriculations en 2015) où il est le net leader.

Le groupe a fini l'année avec 38,2% du marché devant PSA et Ford avec ses marques Renault et surtout Dacia, qui bénéficie à plein de son label "made in Morocco" dans l'usine de Tanger.

Marc Nassif devra aussi piloter la poursuite de la montée en puissance de ce site ouvert en février 2012. L'usine a produit 230 000 véhicules et doit atteindre à terme 350 000 unités par an sur ses deux chaînes.

Avec un enjeu, faire grimper le taux de sourcing marocain. Jacques Prost voulait le faire passer de 42% en 2014 à 56% en 2016. Depuis, l'annonce de l'implantation d'ici à 2018-2019 de PSA à Kenitra change un peu la donne, car de nouveaux équipementiers pourraient s'intéresser à une implantation marocaine.

Avec Marc Nassif, c'est une équipe de direction renouvelée qui sera à la tâche puisque le directeur du site tangérois a lui changé en septembre dernier quand Jean-François Gal a remplacé Paul Carvalho.

Les connections indiennes de Marc Nassif seront quant à elles bienvenues, si le groupe envisage un jour de faire fabriquer au Maroc le tout dernier véhicule low-cost Kwid développé et fabriqué dans l'usine Renault-Nissan de Chennai.

Dernier sujet à venir, l'accord de maintien de l'usine Somaca de Casablaca (environ 50 000 véhicules par an) entre Renault et les autorités marocaines court jusqu'en 2017. Le groupe devra décider rapidement s'il concentre toute sa production sur Tanger ou bien maintient ses deux sites d'assemblage actuels au Maroc.

P-O Rouaud

Près de 10 000 salariés au Maroc. La production globale 2015 du groupe Renault au Maroc a atteint 288 053 voitures, soit une progression de 26%. Ouverte début 2012, l'usine de Tanger a assemblé 229 025 véhicules, destiné à 94% à l'export via le terminal dédié sur le port Tanger Med relié par voie ferrée. L'usine historique de Renault Somaca implantée à Casablanca a produit plus de 59 000 voitures l'an dernier.  Renault fabrique au Maroc quatre modèles : Sandero, Dokker, Logan et Lodgy. Le groupe français comptait à fin 2015 au Maroc 9 653 salariés employés dans ses usines ainsi que dans son réseau commercial, soit un bond de 20,6% en un an avec un taux de féminisation de 15%.

 

En vidéo Marc Nassif, alors patron de Renault Inde commente le lancement de la fluence en 2012 (source Indianautosblog)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle