MANUTENTION DE BAGAGESDES CENTAINES DE MÈTRES DE CONVOYEURS POUR SIMULER L'AÉROPORT DE HONGKONGLe groupe néerlandais Vanderlande achève de tester le modèle de l'installation de convoyage de bagages du futur aéroport de Hongkong. Au moment où la mise en service de l'aéroport de Denver rappelle l'i...

Partager

MANUTENTION DE BAGAGES

DES CENTAINES DE MÈTRES DE CONVOYEURS POUR SIMULER L'AÉROPORT DE HONGKONG

Le groupe néerlandais Vanderlande achève de tester le modèle de l'installation de convoyage de bagages du futur aéroport de Hongkong. Au moment où la mise en service de l'aéroport de Denver rappelle l'importance du traitement des bagages.



Les avions qui ont décollé du nouvel aéroport de Denver mardi 28 février auront dû patienter seize mois. Un retard qui a coûté cher à la ville: 1million de dollars par jour! Parmi les principaux accusés, le système de convoyage des bagages, qui ne fonctionne encore que partiellement. Loin de jeter la pierre à BAE Automated Systems, la société retenue pour Denver, Merijn Van der Lande, P-DG du groupe qui porte son nom, explique: "Denver est une situation complexe, qui n'arrive heureusement qu'une fois tous les vingt ans! Le système, plus de 30kilomètres de convoyeurs, devait être construit dans un délai extrêmement court, dix-huit mois. Le concept appliqué par notre concurrent n'est pas en cause. Le problème majeur a résidé dans l'exécution du projet". Pour sa part, retenu pour l'aéroport de Hongkong, Vanderlande compte bien éviter une situation semblable. Le constructeur achève actuellement de tester dans son laboratoire de Veghel un modèle qui réunit la plupart des fonctions essentielles de la future installation. Un projet de 600millions de francs qui porte sur 20kilomètres de convoyeurs, 5kilomètres de trieurs, 288points d'enregistrement et le transport de plus de 19000bagages en heure de pointe. "A titre de comparaison, Roissy2, c'est 7kilomètres de convoyeurs et 9000bagages à l'heure, pour une enveloppe de 330millions de francs", indique Merijn Van der Lande. Sur quelque 400mètres de convoyeurs et 200mètres de trieurs, l'immense maquette permet de simuler les banques d'enregistrement, les zones de convoyage et de tri, les collecteurs et les dégroupeurs de bagages, les zones de livraison. "Les tests s'achèveront fin mars 1995, indique Merijn Van der Lande. Depuis plusieurs mois, nous faisons tourner sur ce modèle des valises équipées du classique code à barres des aéroports. Ainsi, les composants, les combinaisons d'équipements et l'intégration des systèmes de manutention et d'automatisme sont étroitement vérifiés." Curieux retour des choses, Vanderlande utilise sur son modèle les valises restées en panne de propriétaire à Roissy....Les résultats de la batterie de tests permettront d'élaborer le logiciel qui réglera le ballet des milliers de bagages enregistrés ou en transit à Hongkong. Cette partie de la tâche incombe à Siemens, chargé de l'informatisation et de l'automatisation de l'installation. "Les tests et le modèle auront coûté plus de 10millions de francs, avance Merijn Van der Lande. Mais le modèle n'est pas perdu: il sera démonté, et ses éléments intégrés à l'installation finale, tandis que le reste sera fabriqué en Europe." Le montage de l'installation commencera en août à Hongkong, pour s'achever fin 1996. Ensuite se feront les tests en grandeur nature. Et si le calendrier officiel est respecté, les premières valises décolleront de Hongkong le 30juin 1997. Philippe DESFILHES



Un club très fermé

Après Munich en 1992, le terminal2 de Manchester, Roissy2 et le terminal ouest d'Amsterdam en 1993, les projets de Hongkong et d'Oslo (démarrages prévus en 1997) confirment que les systèmes aéroportuaires sont devenus une spécialité de Vanderlande. Un marché très fermé sur lequel une petite dizaine de sociétés, américaines, européennes ou japonaises, ont leur mot à dire. Six d'entre elles restaient en piste après l'appel d'offres des autorités de Hongkong. Vanderlande et Siemens ont été retenus en février 1994, pour plus de trois ans de conception, de fabrication et d'essais. A la clé, une facture de 600millions de francs. A comparer au chiffre d'affaires de Vanderlande: 650 millions de francs en 1994, dont 30% dans le convoyage de bagages, essentiellement aéroportuaire.

USINE NOUVELLE N°2492

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS