Quotidien des Usines

Manurhin annonce 50 embauches

, ,

Publié le

Alors que les conditions du renflouement du spécialiste des machines de cartoucherie ont été dénoncées par la Cour des comptes, l'entreprise mulhousienne (Haut-Rhin) annonce un chiffre d'affaires supérieur aux prévisions et le recrutement de 50 nouveaux salariés.

Manurhin annonce 50 embauches © sabbathmusic1 - Flickr - c.c.

Riche actualité le 11 février 2014 pour Manurhin. Dans son rapport annuel révélé dans la matinée, la Cour des comptes critique les conditions du renflouement en 2011 du fabricant alsacien de machines de cartoucherie par les sociétés Giat Industries et Sofired, détenues par l'Etat. Quelques heures plus tard, la direction du groupe Manurhin a annoncé un chiffre d'affaires en hausse de plus de 100 % et dévoilé un programme d'embauches qui prévoit le recrutement d'une cinquantaine de personnes en 2014.

"A la faveur d'un bon dernier trimestre, le chiffre d'affaires du groupe Manurhin s'est finalement élevé à plus de 38 millions d'euros au 31 décembre 2013", indique la direction du groupe côté en bourse. Numéro 1 mondial de la conception et de la fabrication de machines et de lignes complètes destinées à la production de cartouches de petit et moyen calibres, Manurhin n'avait enregistré que 5,3 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011 et 16,8 millions en 2012. "Cette progression de plus de 100 % par rapport à l'exercice précédent va permettre au groupe Manurhin de renouer avec les bénéfices", précise la direction.

Une commande de près de 70 millions d'euros

En fin d'année 2013, Manurhin a signé avec le Sultanat d'Oman la plus grande commande de son histoire, d'un montant proche de 70 millions d'euros. Pour réaliser son carnet de commandes (148 millions d'euros fin 2013), le groupe de 130 salariés va donc embaucher 50 nouveaux salariés.

En 2011, Manurhin souffrait d'un manque de trésorerie qui l'empêchait de réaliser son carnet de commandes. Le redressement est venu d'une recapitalisation menée par le Slovaque Delta Defence, aux côté de Giat Industries et Sofired, deux sociétés contrôlées par l'Etat.

Selon la Cour des comptes, cette opération a été "mal conduite". "Giat Industries et Sofired ont investi fin 2011 dans un petit groupe industriel sans disposer du soutien de l’ensemble des services et administrateurs publics concernés", pointe notamment la Cour, qui s'interroge sur le devenir de ces prises de participation.

"Cette opération a conduit à prélever, pour rémunérer un petit nombre d’intermédiaires privés, une fraction non négligeable des fonds propres apportés à Manurhin", ajoute-t-elle.

Depuis la recapitalisation, des dissensions sur la gouvernance et sur les orientations stratégiques de l'entreprise sont apparues parmi les actionnaires. Une réorganisation du directoire aux dépens de Delta Defence est intervenue à l'automne 2013. "L’investisseur slovaque conteste en justice la validité" de cette opération, indique la Cour des comptes.

Le rapport de la cour des Comptes sur Manurhin peut être téléchargé ici.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte