Manufacturing thinking : remettre l'usine au cœur de la production

L'usine, longtemps perçue par les entreprises tricolores comme un frein à la rentabilité regagne, selon Laurent Manach, directeur général du pôle de compétitivité EMC2, ses lettres de noblesse via le "manufacturing thinking", qui replace la production au cœur du processus stratégique des entreprises industrielles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Manufacturing thinking : remettre l'usine au cœur de la production

Et si l’usine, après avoir été fustigée, pointée du doigt par certains grands dirigeants d’entreprises comme un frein à la rentabilité dont il fallait s’affranchir, devenait la clé des succès futurs de nos sociétés ? Les 40 dernières années ont été marquées par un vaste courant de désindustrialisation avec pour point d’orgue l’émergence du concept "fabless" qui entendait poser les fondations d’une industrie sans usine !

L’idée a largement séduit à la croisée des années 2000 alors que la Chine se posait en manufacture du monde. Alcatel en avait même fait son axe de développement prioritaire, décidant de se concentrer sur l’intelligence du produit et son marketing et d’abandonner son outil de production. Quinze ans plus tard, la fusion de cet ancien fleuron de la technologie française avec son rival finlandais Nokia, sonne le glas de ce modèle de développement.

Un changement de paradigme

À l’opposé du "fabless", un nouveau mouvement, le "manufacturing thinking" replace la production au cœur du processus stratégique des entreprises industrielles. Un changement de paradigme qui nécessite de repenser la place de l’homme dans l’usine et de l’usine dans la société. De jugée ringarde, elle s’impose comme un élément essentiel du développement des sociétés et de réponse aux enjeux sociétaux, environnementaux et économiques auxquels sont confrontés les managers. Réintégrer l’outil productif nous permettra d’affronter les défis de la France du 21e siècle et notre "savoir produire" sera notre instrument de reconquête.

Les plus pragmatiques verront dans une meilleure interaction entre la conception et la production un moyen plus rapide d’accéder au marché. Et à une époque où le temps semble s’accélérer, quelques semaines d’avance sont facteur essentiel de la réussite d’un produit. Les plus idéalistes trouveront dans le "produire local" une réponse au défi sociétal, une manière de retisser un lien entre les citoyens et l’industrie et de restaurer une image écornée par les conditions de travail imposées aux ouvriers par certains sous-traitants installés dans des pays à la main-d’œuvre bon marché.

l'usine créatrice de richesses

Toutefois, pour que le "manufacturing thinking" puisse s’imposer durablement comme l’indispensable pendant du "design thinking", une révolution des mentalités s’avère indispensable. Il faut redonner à l’usine ses lettres de noblesse, y attirer une nouvelle génération de collaborateurs, de l’ingénieur à l’opérateur en changeant leur perception des métiers productifs. La tâche n’est pas mince. Il s’agit de gommer près d’un demi-siècle de préjugés et de faire de l’usine une machine à rêves et non plus un laminoir des hommes et des destins. L’usine d’aujourd’hui, et moins encore celle de demain, ne peut être celle de nos grands-parents, pénible, usante et devenue dans le langage courant synonyme de punition. N’utilisons-nous pas l’expression "ce n’est pas l’usine" comme nos grands-parents utilisaient la formule "ce n’est pas le bagne" ?

L’usine du 21e siècle doit redevenir créatrice de richesses, vecteur d’innovation, mais aussi un lieu où s’exprime la créativité et où se libèrent les intelligences. Il faut laisser les idées prendre le pouvoir pour que la production soit demain au cœur des écosystèmes industriels, innovants, performants, durables et humains. Le "manufacturing thinking" est en marche, cadres, dirigeants, managers de l’industrie, n’attendez pas que la prochaine révolution industrielle vous soit imposée, prenez part au mouvement, contribuez au successful manufacturing français et rejoignez ceux, nombreux, qui feront le "manufacturing thinking".

Laurent Manach, directeur général du pôle de compétitivité EMC2

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS