Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Manuel Valls détaille les 50 milliards d'euros d'économies à réaliser avant 2017

, ,

Publié le , mis à jour le 16/04/2014 À 16H36

Document Le Premier ministre a donné ce mercredi 16 avril des précisions sur les 50 milliards d'euros d'économies à réaliser entre 2015 et 2017. Manuel Valls a notamment annoncé le gel des prestations sociales jusqu'en octobre 2015 et report d'un an des engagements de revalorisation exceptionnelle décidés dans le plan pauvreté de janvier 2013 pour le RSA, le complément familial et l'allocation de soutien familial.

Manuel Valls détaille les 50 milliards d'euros d'économies à réaliser avant 2017 © Capture vidéo Dailymotion

Lors de son discours de politique générale le 8 avril dernier, Manuel Valls était resté vague sur les 50 milliards d'euros d'économies à réaliser entre 2015 et 2017. A l'issue du Conseil des ministres de ce mercredi 16 avril, le chef du gouvernement a donné des précisions.

Gel des prestations sociales mais les minimas épargnés

Première mesure annoncée : le gel des prestations sociales jusqu'en octobre 2015. "Il n'est pas question évidemment de diminuer le montant des prestations sociales mais, dans le contexte exceptionnel qui est le nôtre, elles ne seront pas revalorisées jusqu'en octobre 2015", a expliqué Manuel Valls, entouré des ministres des Finances, Michel Sapin, du Budget, Christian Eckert, des Affaires sociales, Marisol Touraine, et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu.

"Cette stabilité concernera les pensions du régime de retraite de base" pour 1,3 milliard d'euros ainsi que "les retraites complémentaires qui relèvent des partenaires sociaux" pour 2 milliards d'euros, a-t-il précisé. En revanche, tous les minima sociaux (RSA, ASS, Allocation Adulte handicapé, minimum vieillesse) "continueront d'augmenter au rythme de l'inflation".

Quant aux "engagements de revalorisation exceptionnelle décidés dans le plan pauvreté de janvier 2013 pour le RSA, le complément familial et l'allocation de soutien familial", ils sont selon lui "décalés d'une année".

Le programme de stabilité examiné le 23 avril en Conseil des ministres

Sur l'ensemble des économies à réaliser, Manuel Valls a confirmé le découpage annoncé la semaine précédente, à savoir 18 milliards pour l'Etat, 11 milliards pour les collectivités territoriales et 21 pour la protection sociale.

Le Premier ministre a assuré aussi que le gouvernement "maintiendrait les créations de (60 000, Ndlr) postes dans l'Education nationale". Il a par ailleurs indiqué que le "programme de stabilité" des finances publiques, qui devra refléter les économies budgétaires et le retour au 3% de déficit public en 2015, serait examiné le 23 avril en Conseil des ministres, puis soumis au vote de l'Assemblée nationale le 30 avril avant sa communication à Bruxelles.

La France, a-t-il assuré, alors que le gouvernement avait semblé envisager un report de l'objectif des 3%, "tiendra ses engagements, "bases de (sa) crédibilité, de la confiance et de notre souveraineté". Manuel Valls a toutefois exclu toute remise en cause du "modèle social" et notamment du Smic, comme l'avait proposé la veille le président du Medef Pierre Gattaz pour les jeunes.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle