Manitou fait son cinéma

,

Publié le

Le constructeur d’engins Manitou organisait en cette fin du mois de mai 2012, à Huelva, en Espagne, son premier grand rassemblement international. Aux 1200 partenaires, clients, analystes venus des cinq continents, la direction de cette ETI française a détaillé sa stratégie industrielle.

Manitou fait son cinéma © Patrice Desmedt - L'Usine Nouvelle

C’était une première pour Manitou. Une grande manifestation mondiale pour les revendeurs, grands clients, analystes. Sous le soleil andalou, 1200 personnes venues de tous les continents sont réunies à Huelva en deux sessions, du 29 mai au 1er juin. Manitou, une des rare ETI française "à l’Allemande", veut afficher ses ambitions. Après la période délicate de 2008-2009, une nouvelle équipe de direction a repris en main cette société familiale qui réalise 1,13 milliard de chiffre d’affaires. Mais le capital est toujours contrôlé à 65% par les familles d’origine et Marcel Braud, le fondateur, demeure président du conseil d’administration, garant de l’esprit du groupe.

La séance plénière qui inaugurait la journée avait tout du show d’une grande entreprise internationale, avec un peu d’autodérision en plus. Ainsi, ces trois responsables concluant une courte table ronde en chaussant leurs lunettes de soleil sous la musique de "Mission impossible". La séance avait débuté par "Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss", popularisé par "2001, l’odyssée de l’espace" et elle s’est conclue par le thème de la Guerre des étoiles… Des références assumées, Manitou ayant intitulé sa conférence "The Festival".

La débauche de moyens, la taille de l’événement, avec les dizaines d’engins en démonstration des différentes marques du groupe, Manitou, Gehl, Mustang, Loc-Manilec et Edge est une manière de montrer les ambitions du groupe au niveau mondial et d’emporter l’adhésion des fournisseurs-partenaires. Jean-Christophe Giroux, le PDG de Manitou, n’a d’ailleurs pas esquivé les difficultés rencontrées par sa société lors des dernières années : le rachat de Gehl, calé juste avant la crise financière de 2008, mais conclu juste après, ainsi que les difficultés d’honorer les délais de livraison.

"Aujourd’hui,  l’entreprise a revu ses processus", affirme Eric Lambert, le président en charge de la division "Tout terrain", qui représente 70% de l’activité du groupe. "Nous avons passé une étape délicate, tout en gardant nos fondamentaux. Nous avons encore quelques problèmes de livraison, qui sont en passe d’être réglés, car nous avons terminé la réorganisation de la supply chain sur l’ensemble de la marque Manitou. Nous voulons renforcer encore plus nos partenariats."

Avec ses huit sites de production en France, aux Etats-Unis, en Italie et Chine, Manitou prévoit de poursuivre sa progression et vise 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2012, fort de sa présence dans 120 pays. Les efforts porteront particulièrement sur les pays émergeants, Brésil, Chine, Russie et Inde, où des filiales ont été ouvertes entre 2006 et 2012.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte