Malgré ses pertes, Rhodia entrevoit une éclaircie

Partager

Le chimiste français enregistre au premier trimestre 2009 une perte nette de 134 millions d'euros, contre un bénéfice de 42 millions un an auparavant. Son résultat brut d'exploitation tombe à 2 millions d'euros (-98 %). Son chiffre d'affaires recule de 24 % à 920 millions d'euros, en raison de la chute de la demande (surtout dans la construction et l'automobile) provoquée par la crise et le déstockage ses clients. Les ventes de la division Polyamide dégringolent de 38 %, celles de Silcea chute de 30 %, celles de Novecare reculent de 18 %. En revanche, Acetow gagne 9,8 % de chiffre d'affaires (à périmètre et taux de change constants).

Pourtant, Rhodia perçoit de légers signes de reprise de la demande en Asie et en Amérique Latine. Le groupe estime que le déstockage devrait s'achever en Europe et en Amérique du Nord d'ici à la fin du premier semestre. Ayant absorbé ses stocks de matières premières chères (qui ont lourdement pesé sur sa rentabilité), il compte enfin tirer parti de l'effondrement des cours. Toutefois, l'ex-branche chimie de Rhône-Poulenc préfère ne pas avancer de prévisions chiffrées pour l'exercice 2009. Sa priorité reste la génération de trésorerie (73 M€ au premier trimestre).

M.M.

A lire aussi :
Rhodia gomme 91 emplois sur l'autel de la compétitivité, 20/03/2009
Dans le flou, Rhodia sabre coûts et effectifs, 25/02/2009
Rhodia absorbe le chimiste américain McIntyre pour 100 M$, 13/01/2009

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS