Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Malgré le Brexit, la France et le Royaume-Uni font missile commun

Hassan Meddah , ,

Publié le

Pour ne plus dupliquer leurs efforts de R&D et de fabrication dans le domaine des missiles, les deux pays soutiennent la volonté de MBDA de spécialiser ses sites par compétence de part et d’autre de la Manche, quitte à être dépendants l’un de l’autre sur des technologies critiques. Une première dans le domaine de la Défense.

Malgré le Brexit, la France et le Royaume-Uni font missile commun © MBDA

En matière de Défense, le Brexit n’a pas freiné les coopérations entre la France et la Royaume-Uni. Au contraire. Dans le but d’optimiser leurs industries d’armements, les deux pays misent plus que jamais l’un sur l’autre, jusqu’à dépendre de leur partenaire. A l’occasion de la 6ème conférence de Défense organisée par le conseil franco-britannique les 16 et 17 novembre, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian et son homologue britannique Michael Fallon ont réaffirmé leur volonté de coopérer dans le domaine des missiles.

Résultat : le missilier européen MBDA met en place une organisation industrielle inédite de part et d’autre de la Manche en spécialisant ses sites par compétences. Ainsi deux centres basés en France concentreront l’expertise dans les domaines des calculateurs et des équipements de tests.

un futur missile de croisière anti-navire

Deux centres au Royaume-Uni abriteront l’expertise dans le domaine des gouvernes et des liaisons de données. "Chaque pays dépend de l’autre pour une partie des compétences dans ces domaines", précise leur communiqué commun. Et dans les domaines où chaque pays souhaitait conserver ses compétences (algorithmes, charges militaires, navigation), les partenaires font en sorte de se répartir la charge de travail de manière équilibrée.

Cette coopération industrielle renforce celle déjà en place au niveau des grands programmes. Londres et Paris ont signé en mars dernier une déclaration d’intention confirmant leur volonté de lancer une phase d’étude de concept pour développer un futur missile de croisière anti-navire.

MBDA s'érige en modèle

MBDA accueille très favorablement une telle évolution de son organisation industrielle, inédite pour les acteurs multinationaux de la Défense. En effet dans ce domaine sensible, les pays veulent légitimement conserver sur leur territoire l’ensemble des capacités technologiques, pour être capable de définir en toute autonomie de nouveaux produits. Cette spécificité représentait un handicap majeur pour MDBA par rapport à ses grands concurrents américains comme Raytheon ou Lockheed Martin qui n’ont pas cette contrainte sur le territoire américain.

Pourquoi ce qui est possible dans le domaine aussi stratégique des missiles, ne serait pas duplicable pour les avions de combat, les blindés ou encore les navires de Défense? MBDA, sûrement un nouveau modèle industriel prometteur pour l’Europe de la Défense.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle