L'Usine Energie

Malgré Fukushima, le nucléaire fait son retour au Japon

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Comme attendu, le conseil des ministres japonais confirme que l’avenir énergétique du pays passe par l’atome. Le Japon revient donc sur sa décision de fermer tous ses réacteurs d’ici 2040.

Malgré Fukushima, le nucléaire fait son retour au Japon © Hirorinmasa - Wikimedia Commons

Trois ans après l’accident de Fukushima, le gouvernement conservateur de Shinzo Abe a confirmé ce vendredi 11 avril que le nucléaire allait redevenir "une ressource de base importante" pour le mix électrique du pays. Le conseil des ministres a entériné le fait qu’une partie des 48 réacteurs à l’arrêt dans l’archipel pourrait redémarrer prochainement et que des constructions neuves pourraient être envisagées. Le Japon revient donc, comme attendu, sur sa décision de sortir du nucléaire d’ici 2040. Une décision prise au lendemain de l’accident du 11 mars 2011.

Ce choix fait face à des réalités économiques quasi-intenables. Les grands électriciens japonais sont trop à la peine avec leurs actifs nucléaires à l’arrêt et le gouvernement doit absolument éviter leur faillite. Par ailleurs, 90% de l’électricité du pays est produite à partie de ressource fossiles, du gaz essentiellement, ce qui grève la balance commerciale du pays (-82 milliards d’euros en 2013). Sans compter que les émissions de CO2 du pays partent en flèche (le Japon a d’ailleurs abandonné ses objectifs en matière d’émissions de CO2), ce qui, sans être un sujet de préoccupation premier, interroge dans le pays.

Fort tropisme vers le renouvelable

Le gouvernement ne s’engage toutefois pas sur une part précise de l’atome dans le mix électrique (environ 25 % avant l’accident de Fukushima). Les 48 réacteurs nucléaires à l’arrêt ne redémarreront pas tous. Certains, trop âgés ou situés en zone sismique, ne recevront pas d’autorisation de redémarrage. Aujourd’hui, la toute nouvelle Autorité de sûreté étudie quinze dossiers de réouverture. Selon les électriciens nippons, trois à quatre unités devraient redémarrer cet été et l’ensemble d’ici fin 2015.

Le redémarrage prochain des réacteurs ne remet pas en cause le fort engagement dans les énergies renouvelables. Les pouvoirs publics ont la volonté de tripler la part de la production pour atteindre 30% du mix électrique. Ce qui correspond à un investissement de 500 milliards d’euros au cours des quinze ans à venir. Il concerne les outils de production, mais aussi la mise à jour des réseaux électriques inadaptés à des systèmes de production décentralisés. Entre avril 2012 et janvier 2013, le ministère de l’Économie a donné le feu vert à 7,4 gigawatts de nouvelles capacités dans le solaire, dont 90% de photovoltaïque. Un domaine dans lequel les grands conglomérats japonais sont à la pointe.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte