Mais quelle politique d’innovation la nouvelle commission va-t-elle évaluer ? 

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

Un an après le Pacte de compétitivité, Jean-Marc Ayrault a présenté, à Saint-Étienne, sa "nouvelle donne pour l’innovation" et annoncer une commission pour l’évaluer. En précisant les grands objectifs, mais sans clarifier les grands choix français.

Mais quelle politique d’innovation la nouvelle commission va-t-elle évaluer ? © Pascal Guittet

Un an après le lancement du pacte de compétitivité pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, Jean-Marc Ayrault a présenté, le 4 novembre, sa "nouvelle donne pour l’innovation", s’attaquant ainsi au volet hors coût du problème. Pour marquer la volonté de sortir d’une logique purement technologique de l’innovation, c’est à la Cité du design de Saint-Étienne, qu’il a listé les quatre objectifs de cette nouvelle politique, principalement concoctée par Fleur Pellerin, ministre de l’Innovation et Geneviève Fioraso, ministre de la Recherche.

Il s’agit d’abord de changer de culture et de "promouvoir l’innovation par tous" en "changeant l’état d’esprit de la société", en sensibilisant dès l’école, a expliqué le Premier ministre. Il faut aussi booster l’innovation ouverte, avec notamment la valorisation de la recherche publique dans le privé. II souhaite également  "renforcer la communauté des acteurs qui financent l’innovation" avec de nouvelles incitations à investir, et "mieux valoriser la propriété intellectuelle française". Jean-Marc Ayrault a ainsi annoncé la création d'un nouveau fond doté de 100 millions d’euros, qui viendrait donc en complément de France Brevets. Il a aussi rappelé les 240 millions d’euros du fonds national d’innovation, ainsi que le 1,1 milliard d’euros du programme d’investissements d’avenir pour le capital risque.

dégager une stratégie nationale d’innovation claire et synthétique

Pour mesurer ce qui marche ou pas, le Premier ministre a aussi annoncé la création d’une commission d’évaluation des politiques publiques d’innovation au sein du Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Jean-Marc Ayrault déclarant vouloir "faire de l’innovation un des leviers de la modernisation de l’action publique".

Mais cette commission aura une tâche ardue. Car si le gouvernement s’y retrouve, entre les propositions de la commission Innovation 2030 présidée par Anne Lauvergeon, les 34 plans industriels d’Arnaud Montebourg, les propositions pour une politique nationale de design d’Alain Cadix, les priorités de recherche à venir début 2014 de Geneviève Fioraso et les appels à projets des investissements d’avenir, il reste difficile de dégager une stratégie nationale d’innovation claire et synthétique.

Cette clarification reste à la charge de ses ministres, Arnaud Montebourg, Fleur Pellerin et Geneviève Fioraso. À eux aussi de mettre en cohérence toutes les initiatives ou annonces récentes, comme la politique de valorisation de la recherche publique engagée par Geneviève Fioraso il y a un an, avec notamment la multiplication des plates-formes CEA-Tech, ou l’implantation de designers en résidence dans les pôles, ou encore la mutation annoncée chez BPI Innovation, ex Oséo, vers une innovation non technologique, sans parler des nouveaux investissements d’avenir. Après, c’est sûr, on y verra plus clair. Et la nouvelle commission pourra défini sa batterie d’indicateurs pour évaluer la valeur des plis remportés avec cette nouvelle donne.

Aurélie Barbaux

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte