MaintenanceMille micros en réseau pour la centrale de GravelinesGrâce à des solutions réseau performantes, EdF assure une disponibilité totale du système de gestion informatique de maintenance.

Partager

Maintenance

Mille micros en réseau pour la centrale de Gravelines

Grâce à des solutions réseau performantes, EdF assure une disponibilité totale du système de gestion informatique de maintenance.

La maintenance d'une centrale nucléaire ne peut accuser aucun point faible. En termes de gestion informatique, cette exigence implique des solutions offrant aux utilisateurs une disponibilité proche de 100%. Dans cette perspective, la centrale nucléaire de Gravelines (Nord), désignée par EdF comme site pilote du projet Sygma de gestion des activités de maintenance des centrales, a adopté les réseaux de micro-ordinateurs dès 1989. Un réseau Token Ring, fédérant 500micros et assurant à leurs utilisateurs l'accès à Sygma, hébergé sur un grand système IBM implanté à Clamart, dans la banlieue parisienne, fut alors installé afin de desservir les différents bâtiments administratifs. Totalement déconnecté du process d'exploitation de la centrale, l'applicatif de gestion de maintenance assure l'ensemble des fonctions de demande, de préparation et d'analyse des interventions, de gestion des pièces détachées. De nouvelles orientations se sont imposées avec la montée en puissance du système, passé en 1991 à millemicro-ordinateurs (des PC IBM et Zenith Data Systems sous Dos et Windows). "Très rapidement, nous avons dû faire face à l'accroissement du nombre de postes de travail et des besoins des utilisateurs autour des tâches bureautiques", remarque Jean-Philippe Bainier, chef de mission gestion des systèmes d'information.

Plus de 400 utilisateurs connectés simultanément

Les besoins sont de taillepuisque pas moins de 1500 utilisateurs (cadres, agents de maîtrise et d'exécution), travaillent sur la gestion de maintenance sur site. Par ailleurs, selon les heures, plus de 400 utilisateurs peuvent être connectés simultanément à Sygma. Dans ces conditions, le premier impératif est de faciliter le dialogue avec les grands systèmes supportant les applicatifs. Si les problèmes liés à la bureautique ont été résolus dès 1991 avec la mise en place de serveurs spécialisés par grandes fonctions (des machines Hewlett Packard sous NetWare 3.11, le système d'exploitation de réseaux de Novell), l'amélioration de la productivité et de la qualité du service a demandé une réflexion de quelque dix-huit mois sur l'architecture du réseau. La topologie réseau mise en place à l'automne dernier conserve là une base matérielle homogène. Elle utilise au total treize micro-ordinateurs (HP486) qui desservent un anneau fédérateur principal (Token Ring 16Mbits/s), trois sous anneaux (Token Ring 16Mbits/s), sur lesquels sont raccordés treize anneaux utilisateurs (Token Ring 4Mbits/s). Les raisons de ce choix? "Les solutions réseau constituent un facteur de productivité interne et externe", explique Jean-Philippe Bainier. La productivité, en l'occurrence, se mesure en termes de respect des cadrages budgétaires. Une vingtaine de personnes seulement, dont six opérationnelles pour les interventions auprès des utilisateurs, administrent les 1000 PC. L'investissement concernant la modification de la topologie du réseau est d'autre part resté limité à 270000francs pour le matériel (micro-ordinateurs) et les logiciels. Sur un plan qualitatif, Jean-Philippe Bainier exprime sa satisfaction par rapport aux objectifs initiaux:"La politique de standardisation apporte la maîtrise des évolutions ultérieures et évite d'opérer des modifications sur chaque poste." Des charges de travail et des coûts - importants lorsqu'il faut passer poste par poste de Works 1 à 2, par exemple - sont supprimés. Dernier point, essentiel, le taux de disponibilité du système, qui atteint 99,5% depuis novembre dernier, approche de l'optimum.





Les chiffres clés

Premier site nucléaire d'Europe.

34,8 milliards de kilowattheures produits en 1993. soit 10% de la production nucléaire française, et 8% de la production nationale d'électricité. Il compte six tranches d'une puissance de 910mégawatts chacune utilisant la technologie dite "REP" (réacteur à eau pressurisée).



LES PRINCIPES D'UNE ARCHITECTURE

Le principe de l'architecture Token Ring mise en place à la centrale nucléaire de Gravelines repose sur un jeton circulant autour d'un anneau. Physiquement, le câblage est bâti en étoile, mais fonctionne comme un anneau logique. Cet anneau assure la diffusion des informations de poste en poste. Les performances sont prévisibles, et il n'y a pas de diffusion d'informations vers tout le réseau, ni de collision, car deux stations n'émettent jamais en même temps. Le jeton circule de poste en poste sans interruption, et son obtention donne l'autorisation d'émettre. Selon le niveau de priorité qu'elles demandent, les stations obtiennent le jeton, qui leur permet de transmettre une trame Token Ring contenant l'adresse de l'expéditeur, celle du destinataire et le message lui-même.

USINE NOUVELLE - N°2449 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS