Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Maintenance des serveurs legacy : la fin du cauchemar

Publié le

Publi-rédactionnel Les serveurs vieillissants coûtent cher à maintenir, et une panne peut avoir des conséquences importantes. Mais les applications qu'ils hébergent ne sont pas toujours compatibles avec des machines plus récentes, et les redévelopper représente beaucoup de temps et d'argent. Stromasys propose une autre solution : virtualiser les processeurs anciens sur des serveurs actuels au travers de sa suite logicielle d’émulateurs Charon.

Maintenance des serveurs legacy : la fin du cauchemar

Les serveurs anciens d'un système d'information posent différents problèmes, parfois sous-estimés. Mais il arrive que les entreprises soient contraintes de continuer à les utiliser, car les remplacer peut s'avérer complexe et coûteux. « Le maintien en condition opérationnelle des serveurs vieillissants est de plus en plus risqué et coûteux », note Jean-Pierre Miegemolle, directeur des ventes de Stromasys pour la France et le Benelux. En effet, les pièces détachées sont plus onéreuses, et les interventions plus complexes. Seules quelques sociétés sont capables de gérer de telles machines et les spécialistes compétents sur ces systèmes se font rares, donc chers. « Cette tendance va s'accentuer à l'avenir », prévient Jean-Pierre Miegemolle.

Le manque de personnel formé sur les serveurs anciens peut se traduire par des erreurs humaines lors de la maintenance. Un technicien habitué au matériel récent peut déclencher des incidents aux conséquences potentiellement très coûteuses, notamment pour les systèmes ayant un rôle critique dans la production. « Tout cela engendre un risque global que l'on ignore parfois, tant que les machines fonctionnent correctement », souligne le directeur des ventes de Stromasys.

Émuler plutôt que remplacer

Malheureusement, la migration du contenu des serveurs legacy vers des machines plus récentes n'est pas toujours possible. « Souvent, le cycle de certification des applications hébergées est très long, car elles sont conçues pour des milieux critiques », note Jean-Pierre Miegemolle. « Redévelopper une application à l'identique pour un système moderne serait long et cher. La bascule ne se fait pas instantanément de l'un à l'autre. Les opérations intermédiaires peuvent rendre les applications indisponibles pendant plusieurs semaines, ce qui est impensable dans l'industrie. » Par conséquent, il est souvent plus simple de garder les systèmes anciens en l'état. Mais il existe une autre solution : leur émulation sur des serveurs x86 actuels, physiques ou virtualisés, sous Windows et Linux. C'est ce que propose Stromasys : « Le système d'exploitation, les applicatifs ainsi que les bases de données restent inchangés », précise Jean-Pierre Miegemolle. « Il ne s'agit pas de redévelopper tout le système, mais de traduire le langage du processeur. » Plusieurs systèmes d'exploitation peuvent même fonctionner sur un unique processeur émulé.

 

 

Migrer dans le Cloud

« Nous couvrons environ 80 % du marché avec nos émulateurs standards, qui reproduisent les processeurs PDP (PDP-11), VAX (Micro-VAX, VAX, Vax-Station), ALPHA (AlphaServers, AlphaStations), SPARC (SUN, FUJITSU) ou encore PA-Risc (HP3000, HP9000). Mais nous effectuons aussi des développements spécifiques pour répondre aux autres besoins », explique le directeur des ventes. La majorité des drivers sont disponibles de façon standard. Mais pour les cas spécifiques, l'équipe est capable de les développer sur mesure.

Les émulateurs de Stromasys évoluent constamment, en vue de proposer des améliorations de performance, la prise en charge de nouveaux drivers de périphériques, ou des évolutions des modèles de serveurs et de systèmes d’exploitation. L'option de l'émulation donne accès à un volume de mémoire plus important et à une meilleure interface réseau. Elle est également une occasion d'envisager une migration vers le Cloud : Stromasys dispose pour cela de partenariats avec des opérateurs tels qu'Orange Business Services, AWS ou encore Oracle Cloud. En 20 ans, des clients tels que Michelin, Airbus, Thales ou IBM ont fait confiance à Stromasys, y compris pour la migration d'applications critiques. « Le retour sur investissement est variable, mais dans 90 % des cas il est de moins d'un an », estime Jean-Pierre Miegemolle.

Les gains de productivité et la renégociation des contrats de maintenance (qui peuvent être pris en charge par Stromasys) représentent une économie immédiate. Avec un temps de migration de seulement quelques jours, la virtualisation sous l’émulateur Charon est donc une solution rapide, efficace et économique pour pérenniser les applications anciennes.

 

Pour en savoir plus : https://www.stromasys.com/fr/

Pour nous contacter : info@stromasys.com

Stromasys sera présent au Salon du Bourget du 18 au 20 juin 2019.

Contenu proposé par Stromasys.

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle