Magaly creusera les premiers mètres du Grand Paris

Pierre Monnier , , ,

Publié le

Le premier tunnelier du chantier de prolongement de la ligne 14 du métro parisien, qui porte le prénom d’une agent de la ligne, a été baptisé mercredi 9 septembre. Il devra creuser 3 600 mètres pour relier Clichy/Saint-Ouen, au nord de la capitale, à la gare Saint-Lazare, à Paris. 

Inauguration le 9 septembre 2015 - Crédits : Pierre Monnier 

C'est le véritable coup d'envoi du Grand Paris Express, le futur système de métro automatique qui doit permettre de désengorger les transports publics franciliens. Mercredi 9 septembre, le tunnelier chargé de creuser une partie du prolongement de la ligne 14 du métro parisien a été baptisé Magaly, le prénom d'une agent de la RATP qui exploite l'actuelle ligne 14, entre les stations gare Saint-Lazare et Olympiades.

Ce lot du chantier, remporté par Eiffage et Razel Bec, comprend un tunnel de 3 600 mètres de long qui doit relier Clichy/Saint-Ouen, au nord de la capitale, à la gare Saint-Lazare. Le baptême était organisé à Pont Cardinet, la première des quatre futures stations du prolongement située dans le nouveau quartier des Batignolles, dans le 17ème arrondissement de Paris.

A quoi ressemble Magaly ?

Créé par Herrenknecht (voir encadré), Magaly est un tunnelier de 96 mètres de long, qui pèse 1 400 tonnes et qui possède un diamètre de creusement de 8,92 mètres. Il avancera d’environ 12 mètres par jour. "C’est une moyenne, explique Mathieu Leroy, le directeur d’opération du projet. Tout dépend du terrain, certains sols seront plus rapide à creuser que d’autres. Le tunnelier ira moins vite dans les virages qu’en ligne droite." 70 personnes se relaieront sur le site pour assurer un fonctionnement du tunnelier 24 heures sur 24 entre cinq et sept jours par semaine.

Comment ça marche ?

Le tunnelier ne fait pas que creuser, il évacue les déblais, participe au soutènement et permet la construction du tunnel. La roue de coupe broie le terrain. Les morceaux tombent dans la chambre d’excavation où une vis d’extraction les fait transiter à l’arrière du tunnelier. Là, les déblais sont transportés sur un convoyeur, jusqu’au point de départ du tunnelier. "Ils sont ensuite emmenés par camion, ce qui est facilité par la proximité avec le périphérique", indique Mathieu Leroy.

Les partenaires d’Eiffage et Razel Bec
Herrenknecht. Pour concevoir le tunnelier, les deux entreprises ont retenu Herrenknecht. La société allemande est spécialisée dans les tunneliers et possède une usine à Schwanau près de Strasbourg à la frontière franco-allemande. Bien que située en Allemagne, cette usine emploie environ 150 Français. Herrenknecht a déjà fourni 34 tunneliers aux chantiers français.
Bonna Sabla. La société Bonna Sabla, en association avec Campremib, fabrique les voussoirs qui formeront le tunnel. L’usine de Conflans-Sainte-Honorine fournira ces blocs de béton en forme de trapèze qui, une fois assemblés, constitueront les anneaux donnant sa forme au tunnel. La forme trapézoïdale permet par différents angles d’emboitement de former une ligne droite ou une courbe. Grâce à cette commande de 14 700 voussoirs, la société a créé près de 60 emplois.
Par ce convoyeur, des voussoirs construits par Bonna Sabla (voir encadré) seront acheminés jusqu’au tunnelier. Un dispositif d’érection permettra de mettre en place les voussoirs dès que le tunnelier sera suffisamment avancé. Le tout sera consolidé par du mortier qui recouvrira la surface du tunnel.

Le déroulement des travaux

Après une phase de test, Magaly commencera à creuser au début du mois d’octobre. Une fois arrivé à la gare Saint-Lazare, il sera démonté dans le tunnel nouvellement creusé puis ramené jusqu’à Pont Cardinet, son point de départ. Le tunnelier sera alors retourné par des grutiers afin de repartir, dans l’autre sens, en direction de Clichy-la-Garenne où il est attendu pour 2017.

A la fin de l’année, un deuxième tunnelier sera mis en place pour réaliser le lot 2 du chantier. Les quatre stations créées seront opérationnelles entre 2017, le début de l’aménagement, et 2019, la fin du chantier. Ce prolongement permettra notamment de désengorger la ligne 13, saturée depuis des années. La ligne 14 du métro parisien pourra accueillir 40 000 voyageurs par heure dans chaque sens. Cela en fera, avec une capacité d’un million de personnes par jour, une des plus grande lignes de transport au monde, en termes de capacité.

Pierre Monnier 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte