Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Mäder, la peinture qui innove

, , ,

Publié le

Mäder, la peinture qui innove
Le groupe va lancer en mars une peinture pour le bâtiment à 98?% de composants biosourcés.

Il en met partout !

On trouve la peinture du groupe Mäder dans les intérieurs automobiles, dans la plupart des TGV et des tramways, dans l’entrée du réacteur Leap de Safran et même sur le Rafale. L’histoire de ce groupe implanté à Lille, qui a pris le nom de sa filiale suisse, c’est surtout celle d’Antonio Molina, 75 ans et président du conseil de surveillance. Derrière ce nom méditerranéen se trouve un ch’ti de formation scientifique et docteur en physique.

Le hasard de l’existence lui fait reprendre en 1993, avec son épouse Corinne, aujourd’hui présidente du directoire, une PME en difficulté, Corsain, pour « sauver l’unique entreprise du village de ma belle-mère ». Depuis, le chiffre d’affaires, réalisé à 75 % hors de France, a été multiplié par vingt.

L’entreprise a intensifié les ouvertures de sites et les acquisitions. Mäder s’est aussi lancé dans les matériaux composites. En 2015, la croissance s’est tassée à 2 %, avec un chiffre d’affaires de 190?millions d’euros. « Il nous fallait reprendre notre souffle. Nous travaillons maintenant sur des projets d’acquisition », indique Antonio Molina.

Ce groupe de 800 salariés affiche 22 filiales, 12 laboratoires, 14 usines en Europe, une en Inde et une autre en Chine pour être près de clients, parmi lesquels Shanghai Automotive.

Sa rentabilité, environ 10 % d’Ebitda, permet à Mäder de financer une bonne part de ses investissements, d’autant que tous les bénéfices sont réinvestis. Pour aller plus vite, l’ETI a aussi su séduire des actionnaires tels BNP Paribas, Naxicap et Bpifrance, qui ont apporté 25?millions d’euros en 2010, la famille restant majoritaire.

La recette de sa croissance ? Antonio Molina l’explique par « l’innovation, 10 % du chiffre d’affaires est investi en R & D. Il faut être en avance et se distinguer face à des géants comme BASF ou PPG ».

Mäder est partie prenante de projets comme Phiacre au sein du pôle de compétitivité aérospatial ASTech visant à développer une peinture pour hautes températures sans chrome 6. Au sein de Matikem, le pôle nordiste en chimie verte, écomatériaux et plastiques végétaux, Mäder a mis au point une technologie pour produire des pièces composites par photopolymérisation, un procédé qui « réduit drastiquement les temps de cycle et peut révolutionner la fabrication des composites en usine ».

L’innovation est une passion pour Antonio Molina, qui multiplie les casquettes. Il est devenu à l’automne dernier président du Centre européen d’excellence en biomimétisme (Ceebios) de Senlis.

Autre pari ? Les matériaux végétaux. Avec Roquette, Mäder a été le principal promoteur industriel en 2014 de l’Ifmas, un institut d’excellence visant à créer des matériaux innovants agrosourcés à partir d’amidon, par exemple. En mars, le groupe va lancer une gamme de peinture pour le bâtiment dont 98 % de la partie organique est biosourcée. Une première.

 

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • MADER COLORS à MAROEUIL (62161)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus