MadeaConcept, une troisième levée de fonds pour accélérer ses implantations

Cette jeune entreprise innovante conçoit des équipements de simulation de sports de glisse pour base de loisirs. Elle lève pour la troisième fois des fonds pour poursuivre la commercialisation de ses installations.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

MadeaConcept, une troisième levée de fonds pour accélérer ses implantations

C’est la troisième levée de fonds pour cette jeune entreprise innovante. Les trois fondateurs, issus de l’école d’ingénieurs parisienne Supméca, ont de nouveau sollicité leurs trois business angels (XMP, Investessor et Novaris) en décembre 2012 afin de poursuivre la croissance de leur entreprise. Créée en 2009, MadeaConcept conçoit des simulateurs de sport de glisse. Un secteur d’activité novateur sur lequel peu d’acteurs se sont positionnés. Selon Jean-Gabriel Estève, l’un des trois fondateurs, seules cinq entreprises dans le monde proposent de tels simulateurs dont, en plus de Madea, deux américains et deux européens.

La machine que les trois jeunes ingénieurs ont mis au point permet de simuler une vague sur laquelle des fanas de glisse peuvent pratiquer leurs sports favoris : du ski nautique au wakeboard (mélange de ski nautique et de surf), en passant par le surf. "Nous avons aussi développé une intelligence artificielle qui permet de réguler le flux d’eau sous le pratiquant", souligne Jean-Gabriel Estève. Un moyen d’économiser l’eau.

MadeaConcept en chiffres

Chiffre d’affaires : confidentiel
Effectif : 5 personnes
Montant de la levée de fonds : de l’ordre du million d’euros
Investisseurs : XMP, Investessor, Novaris
Secteurs d’activité : Conception et fabrication d’équipements de loisir

La société, labellisée jeune entreprise innovante, a déjà vendu sa première installation. Entrée en activité en juin 2012 sur la base de loisir de Buthiers, en Seine-et-Marne, elle permet d’accueillir jusqu’à neuf pratiquants en même temps. "C’est la première vague au monde capable d’accueillir tous les sports de glisse, grâce à son plancher inclinable", se félicite Jean-Gabriel Estève. Un deuxième projet est déjà en cours, à Courchevel (Savoie).

Ces infrastructures coûtent entre 250 000 euros et 2 millions d’euros, en fonction de la taille de la machine et des options choisies. Celle de Buthiers a coûté 800 000 euros. "Mais elles sont très vite rentables, assure Jean-Gabriel Estève. Car notre technologie permet de réduire les coûts de fonctionnement."

Des clients étrangers commencent aussi à s’intéresser aux installations de Madea. "Nous avons de plus en plus de projets à l’international", confie le jeune dirigeant, en citant l’Amérique du Nord et la Russie. En revanche, MadeaConcept demeurera implantée dans l’hexagone, en faisant travailler des sous-traitants français. "Tout est fait en France, de la conception, au développement et à la fabrication, soutient Jean-Gabriel Estève. C’est une volonté de cœur et politique des trois fondateurs. Nous souhaitons développer une nouvelle industrie et des emplois en France."

L’équilibre financier devrait normalement être atteint d’ici la fin 2013, selon le dirigeant de Madea. Il n’exclut pas d’ici là de faire une quatrième levée de fonds auprès de fonds d’investissement, notamment pour financer le développement à l’international.

Arnaud Dumas

L’argument convaincant :

La technologie développée par MadeaConcept permet de réduire les coûts de fonctionnement du simulateur.

 

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS