Macron et Stoltenberg évoquent les risques liés à la 5G sans cibler Huawei

PARIS (Reuters) - Le président français, Emmanuel Macron, et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ont souligné jeudi la nécessité de "prendre au sérieux" les risques technologiques liés aux futurs réseaux mobiles de cinquième génération (5G) tout en se refusant à désigner le groupe chinois Huawei, cible de sanctions américaines.
Partager
Macron et Stoltenberg évoquent les risques liés à la 5G sans cibler Huawei
Le président français, Emmanuel Macron, et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ont souligné jeudi la nécessité de "prendre au sérieux" les risques technologiques liés aux futurs réseaux mobiles de cinquième génération (5G) tout en se refusant à désigner le groupe chinois Huawei, cible de sanctions américaines. /Photo prise le 28 novembre 2019/REUTERS/Bertrand Guay

Le déploiement de la 5G est devenu un enjeu géopolitique en raison de l'importance prise par Huawei sur le marché des équipements de réseaux. Washington a inscrit le groupe chinois sur une liste noire d'entreprises susceptibles de menacer la sécurité nationale et exhorte ses alliés à ne pas se fournir auprès de lui pour construire leurs réseaux 5G.

"Je ne suis jamais dans la stigmatisation de tel ou tel opérateur industriel ou de tel ou tel pays", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune avec Jens Stoltenberg.

"Je ne stigmatise personne mais je veux juste savoir, le jour où sur telle infrastructure essentielle de notre sécurité, telle activité militaire, qu'elle concerne la France décidant seule ou une opération que nous mènerions dans le cadre de l'Otan ou entre partenaires européens, est-ce que nous avons des vulnérabilités technologiques?", a-t-il ajouté.

Pour le secrétaire général de l'Otan, "la 5G va toucher tous les aspects de notre société (...), tous les aspects civils mais également tous les aspects militaires. La résilience, la sécurité de ces systèmes 5G sont donc primordiales."

"Nous ne pointons pas du doigt une entreprise ou un pays ne particulier, mais nous faisons en sorte que tous les alliés prennent ce risque au sérieux."

(Marc Angrand et Sophie Louet)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS