"Ma priorité : restaurer la confiance des consommateurs dans l’alimentaire", selon Jean-Philippe Girard (Ania)

Le nouveau président de l’Ania, Jean-Philippe Girard, PDG-fondateur de la PME Eurogerm, spécialisée dans les ingrédients pour la panification, livre en exclusivité, à L’Usine Nouvelle, les premières actions qu’il prendra pour l’agroalimentaire français au sein de l'Ania. Avec ses six vice-présidents, qui seront nommés avant la rentrée, il s’attachera à restaurer la confiance des consommateurs dans l’alimentaire et recréer du lien entre les PME, les grands groupes et les régions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Usine Nouvelle - Quelles vont être les premières actions que vous allez mener au sein de l’Ania ?

Jean-Philippe Girard - J’ai pris rendez-vous le 10 juillet avec les administrateurs pour une première séance de travail. Mes premières actions concerneront l’évolution de la gouvernance de l’Ania. Des vice-présidents vont être nommés et trois commissions seront mises en place, sur l’innovation dans les process et les produits, le développement des exportations et le renforcement de l’attractivité de nos métiers pour favoriser l’emploi.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Nous allons réfléchir à la redéfinition des actions de l’Ania par rapport à la crise actuelle et la guerre des prix que se livrent les distributeurs. Nous devons sortir de cette spirale déflationniste qui tue l’emploi et l’investissement et appauvrit les services aux consommateurs. Il faudra renouer un dialogue serein dans l’intérêt de tous, y compris des distributeurs. Je souhaite par ailleurs recréer du lien entre les PME et les grands groupes, et redonner la parole aux territoires par le biais de l'intermédiaire de nos associations régionales (Aria). Unis, nous serons plus forts.

La nomination de vice-présidents sera une nouveauté pour l’Ania. Quels seront les dossiers qu’ils prendront en charge ?

Il y aura six vice-présidents, qui auront chacun des dossiers importants à prendre en charge : la restauration des relations industrie-commerce, les liens avec l’agriculture et la première transformation, les relations avec nos relais régionaux que sont les Aria, la nutrition santé et le déploiement d’un meilleur étiquetage en Europe, le développement durable et la responsabilité sociale environnementale et la question du financement des industries alimentaires. Je souhaite qu’ils puissent être nommés avant la rentrée. Notre priorité sera de regagner la confiance des consommateurs dans l’alimentaire. Nous mettrons le consommateur au centre de cette nouvelle gouvernance.

L’Ania a signé le 19 juin un contrat de filière agroalimentaire, avec le gouvernement et les régions. Il y a beaucoup d’engagements, mais finalement peu d’assurances qu’ils se réalisent concrètement. Qu’en pensez-vous ?

La méthode de concertations et discussions dans chaque région a été positive. Il y a eu de très bonnes remontées. Cela a créé une nouvelle dynamique. Chacun doit désormais s’y inscrire. Nous avons constaté de bonnes volontés partout, que cela soit au niveau du gouvernement ou dans les régions. Elles doivent maintenant se concrétiser. Nous attendons qu’une enveloppe claire et visible soit donnée par le gouvernement pour aider l’industrie agroalimentaire à se moderniser. Nous espérons qu’il y aura une annonce début juillet.

L’Ania avait quitté le Medef en 2009 pour rejoindre le GFI. Pensez-vous qu’elle doive y revenir ?

Je suis favorable à une réouverture du dialogue avec le Medef. L’élection du nouveau président dans quelques jours devrait être une bonne opportunité pour renouer le contact. Mais nous ne reviendrons qu’à condition que l’agroalimentaire, première industrie de France, y soit représentée à sa juste place.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS