Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

M-Real Alizay SAS bloquée par ses fournisseurs : 1 000 emplois menacés

,

Publié le

Social

Spécialisée dans l'Eure dans la pâte à papier (300 000 tonnes par an) et les papiers impression écriture pour la même quantité, l'usine M-Real Alizay SAS est bloquée depuis ce matin et jusqu'à nouvel ordre par quelque 300 forestiers très inquiets pour leur avenir.

Motif : cette usine de 400 salariés a cessé en février dernier sa production de pâte à papier « alors qu'elle avait signé en décembre 2008 et pour six mois des contrats d'approvisionnement en bois avec les forestiers présents devant le site », résument les représentants de la Fédération nationale du bois. Résultat : « Les contrats ne sont pas honorés et nous restons avec le bois que nous avons acheté et déjà travaillé sans pouvoir être payés. Cette situation met en péril une soixantaine d'entreprises, d'exploitations forestières, d'entrepreneurs de travaux forestiers, de transport de produits forestiers et fragilisent des scieries. Réparties en Normandie, Pays de Loire et Picardie, toutes ces entreprises fournissent M-Real, le seul acheteur du grand-Ouest, et représentent 1 000 emplois directement menacés si M-Real arrête définitivement sa production, ce que nous redoutons ».

En février, la société, filiale du finlandais M-Real, annonçait arrêter sa production pour trois mois, mais a depuis reconduit cet arrêt de fabrication jusqu'en septembre. De son côté, la direction indique vendre aujourd'hui le papier moins cher que son prix de revient... Dès lors, « quelle entreprise continuerait à travailler comme cela ? », souligne-t-elle.

Dans l'après-midi, les forestiers ont décidé un blocus illimité du site. A 14 h, les cinq présidents de la Fédération nationale du bois ont été reçus par la direction de M-Real. Celle-ci leur a proposé de faire acheter 100 000 tonnes de bois coupé et toujours en attente depuis février sur les bords de route (sur les 400 000 tonnes prévues par contrat pour les six premiers mois de l'année), sous réserve que les forestiers obtiennent de l'Etat et des collectivités territoriales une somme de 1,5 million d'euros pour compenser le coût du transport de ces bois vers une autre usine en Belgique, ou pour utiliser ce bois en énergie pour l'usine de papier.

Une offre que les forestiers ont refusée, décidant de durcir le mouvement.

De notre correspondant en Normandie, Patrick Bottois

L'édition 2008-2009 de « L'ATLAS DES USINES » est en vente. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle