LyondellBasell condamne sa raffinerie de Berre

Partager

C'est finalement une mauvaise nouvelle qui est tombée la semaine dernière pour la raffinerie de LyondellBasell à Berre (Bouches-du-Rhône). Quelques mois seulement après l'annonce de la mise en vente de cette raffinerie bâtie en 1929 par Saint-Gobain, et que le groupe avait acquise auprès de Shell Chemicals en 2008 (CPH n°553), le projet de cession est remplacé par un projet de fermeture. LyondellBasell a déclaré n'avoir reçu aucune offre malgré 85 entités approchées dans le monde pour la reprise de cette raffinerie d'une capacité de 105 000 barils par jour. A la suite d'un comité d'entreprise extraordinaire, le groupe a annoncé qu'il allait engager un processus de consultation dans le cadre d'une fermeture définitive, en raison d'un manque de rentabilité. Une annonce qui a fait bondir l'ensemble des syndicats sur le site et déclenché une grève totale de 48 heures, renouvelable toutes les 24 heures. En plus de la menace qui pèse sur 370 des 1 250 emplois du complexe de LyondellBasell à Berre, et de la contestation du manque de rentabilité par les syndicats, les salariés s'inquiètent légitimement de l'avenir des unités purement chimiques. Le groupe se veut pourtant déterminé sur ce point, sans toutefois rassurer, en affichant la volonté de se recentrer sur les activités chimiques du site, son cœur de métier. Le site comprend un vapocraqueur d'éthylène d'une capacité de 460 000 tonnes par an et des unités de polypropylène (310 000 t/an) et de polyéthylène basse densité (320 000 t/an). Cette annonce intervient aussi dans un climat délicat sur l'avenir du raffinage en France et en Europe, soumis à la forte compétitivité et aux excédents de capacités des sites du Moyen-Orient notamment. En France, le nombre de raffineries encore en activité est tombé de 23, à la fin des années soixante-dix, à 11 depuis les fermetures l'an dernier de celles de Total à Dunkerque (Nord) et de Petroplus à Reichstett (Bas-Rhin). D'autres acteurs de la pétrochimie ont pourtant trouvé des repreneurs pour leurs raffineries, comme Ineos sur le site voisin de Berre, à Lavera, dont la raffinerie sera reprise par le Chinois PetroChina (CPH n°538).

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Chimie, laboratoires et santé

Armoire à pharmacie 2 portes économique

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS