LyondellBasel : reprise du travail à la raffinerie de Berre-l’Etang

Direction et syndicats sont parvenus à un accord pour la reprise du travail. Après deux semaines de grève.

Partager

Social. La décision est jugée « historique » par l’intersyndicale du Complexe pétrochimique de LyondellBasell, à Berre-l’Etang (Bouches-du-Rhône), engagée depuis le 27 septembre dans la lutte contre la fermeture de la raffinerie, date à laquelle la direction de la compagnie pétrolière américaine avait indiqué son projet de fermeture du site.

Le 8 octobre, elle a annoncé que le redémarrage de l’intégralité du site, jusqu’alors bloqué, s’effectuerait à partir de ce 10 octobre, suite au consensus trouvé avec la direction pour mettre fin au conflit. Notamment, elle a garanti aux salariés qu’aucune suppression de postes ne serait entreprise jusqu’au 31 mars 2012. « Nous avons signé un protocole de sortie de crise, nous devons maintenant établir un accord de méthode sur une procédure qui constitue une première pour le site » indique Rémi Patron, délégué CFE-CGC, qui appartient à l’intersyndicale.

Ce sursis arraché au bout de 18 heures de négociations prolonge également jusqu’au 31 décembre 2013 la possibilité pour un acquéreur éventuel de se manifester. LyondellBasell affirmait en avoir sollicité en vain 85 à travers le monde, avant de se décider à fermer la raffinerie. Mais la majorité des observateurs du secteur pétrolier reconnaissait que vouloir céder une telle usine en moins de deux mois, en précisant de plus qu’elle n’était pas rentable, rendait forcément compliqué la réussite du processus. Le délai de deux ans permettra enfin de tester le fonctionnement du complexe sans sa raffinerie, afin de voir si sa cessation d’activité nuit aux unités pétrochimiques qu’elle approvisionne.

Le chemin vers la fermeture

Mais la reprise du travail n’est que temporaire. En effet, à partir de janvier 2012 et pendant une période pouvant aller jusque fin décembre 2013, elle ne fonctionnera pas mais sera "placée sous cocon, c'est-à-dire qu'elle sera nettoyée, mise en sécurité et en capacité de redémarrer" afin de trouver des solutions alternatives à sa fermeture, précise Rémy Patron, délégué CFE-CGC et membre de l'intersyndicale. C’est-à-dire que la raffinerie sera arrêtée mais maintenue en état de redémarrer rapidement si les conditions du marché permettaient son retour potentiel à la rentabilité.

Le ministre de l’Industrie Eric Besson s’est félicité de cet accord. Il assure "qu’il reste mobilisé afin que l’avenir de la raffinerie, qui comprend d'autres unités en plus de la raffinerie, soit assuré". Le ministre réclame que la direction présente « dans les meilleurs délais un programme clair d'investissements permettant d'assurer la pérennité de l'activité et de l'emploi ».

Les salariés sont conscients que leur avenir est précaire. En effet, la direction devrait licencier une partie d’entre eux, après le 31 mars 2012. Le groupe américain va en effet réduire les effectifs pour ralentir la production du site. Au total, 370 salariés devraient être concernés par la fermeture de la raffinerie sur les 1 250 personnes travaillant sur le site. Un plan social devrait être mis en route jusqu’en juin 2016. Solutions de reclassements et de départs en préretraite seront être privilégiées pour limiter au minimum le nombre de licenciements secs. Sa teneur fera l’objet des négociations à venir.

Ce 10 octobre, une table-ronde (fermée aux médias) doit se tenir à Berre-l’Etang avec des représentants de l’Etat, des élus, des organisations patronales et syndicales, pour évoquer le devenir de l’industrie pétrochimique autour de l’étang de Berre. Trois groupes de travail vont se constituer par ailleurs pour définir avec la direction les conditions techniques, économiques et sociales de cette « mise sous cocon ». "Aujourd'hui on a la certitude qu'on va obtenir des explications avant toute décision. C'est mieux que ce qui s'est passé. On peut considérer cela comme un sursis", estime le délégué CFE-CGC.

Avec Barbara Leblanc

Jean-Christophe Barla (Provence-Alpes-Côte d'Azur)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS