Environnement

Lyon embarque dans une première navette autonome

,

Publié le

C’est une première en France. Une navette autonome est autorisée à circuler sur une voie ouverte dans le quartier de la Confluence à Lyon (Rhône). Au volant de cette desserte de transport public, Keolis et Navya, la société lyonnaise qui conçoit et fabrique ces véhicules.

Lyon embarque dans une première navette autonome © Navya

C’est une nouvelle croisière en bord de Saône que propose Navly dans le quartier de la Confluence à Lyon (Rhône). Une croisière sans pilote, dans un véhicule électrique autonome qui peut transporter onze personnes assises et quatre debout, à la vitesse maximale de 20 km/h. Le temps de redécouvrir par les grandes baies vitrées et le toit ouvrant de cette navette les cubes orange et vert de Jacob  + Macfarlane et le nouvel immeuble tout en courbe de Rudi Ricciotti.

A l’intérieur de ce véhicule silencieux, ni volant, ni pédale. Bardé de capteurs, de plusieurs lidars, caméras de stéréovision, de systèmes de guidage et de sécurité performants, Navly se positionne au centimètre près et distingue sur son chemin tout type d’obstacles, fixes ou mobiles, comme des piétons, et la signalisation de jour comme de nuit.

C’est la première fois en France que le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie autorise la circulation de navettes autonomes sur une voie publique. Ce nouveau service est validé dans le cadre d’une expérimentation d’un an. Sur la totalité du parcours, les deux véhicules en circulation ne croiseront ni feu routier, ni passage routier, ni intersection. A bord de chaque navette, un opérateur, conducteur de Keolis Lyon, accompagnera les passagers. Il pourra reprendre les commandes du véhicule en mode manuelle "en cas de nécessité ou d’urgence" ou pour leur remise sur les emplacements dédiés à sa recharge en fin de service.
Deux navettes électriques sans conducteur circuleront à partir du lundi 5 septembre sur une distance de 1,35 km entre la station de l’hôtel de région - Montrochet et la pointe de la Confluence, côté Saône. Entre 7 h 30 et 19 h 30. Toutes les dix minutes aux entrées et sorties de bureau. Toutes les 20 à 25 minutes aux heures creuses. Cinq arrêts jalonnent cette ligne qui dessert notamment les sièges d’Euronews et de GL Events, ainsi que le site événementiel et culturel de la Sucrière.

100 000 passagers en un an

Créé à parité par la société lyonnaise Navya et le groupe Keolis, Navly est accessible à tous, gratuitement, pendant la durée de l’expérimentation. Cette desserte du dernier kilomètre est complémentaire du réseau de transport en commun lyonnais, le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) a d’ailleurs participé à son financement au travers de son fonds d’innovation. L’ambition des deux associés est de transporter au moins 400 à 500 passagers par jour, 100 000 personnes en un an.

L’ouverture de cette première desserte de transport public est une nouvelle étape pour la société lyonnaise Navya présidée par Christophe Sapet. L’entreprise qui conçoit et fabrique ses véhicules autonomes a déjà conclu des contrats de vente en Suisse avec CarPostal et en Australie avec Royal Automobile Club. Six de ses véhicules circulent aussi à l’intérieur du site de la centrale nucléaire de Civaux. 500 000 euros ont globalement été investis pour le projet de Confluence.

Outre les 100 000 heures d’ingénierie et d’études effectuées par ses équipes, une soixantaine de personnes aujourd’hui, Christophe Sapet met en exergue les nombreux partenariats tissés par Navya avec une trentaine d’entreprises françaises dont une grande partie dans la région lyonnaise notamment dans les composants de batterie et de carrosserie. Trente véhicules sont en cours de fabrication. Et "de nombreux contrats en négociation", la navette autonome étant surtout adaptée à la circulation en site fermé : aéroport, hôpital, site industriel, campus, parc d’attraction… Le potentiel de marché est estimé à plus de 10 000 véhicules en Europe à l’horizon 2025.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte