LVMH fait mieux qu'attendu au 4e trimestre et signe des résultats record

par Pascale Denis

Partager

PARIS (Reuters) - LVMH a publié jeudi des résultats annuels record malgré un contexte troublé pour le secteur du luxe et a fait nettement mieux qu'attendu au quatrième trimestre dans un environnement devenu plus porteur pour le secteur.

Au centre de l'attention des investisseurs, la division qui loge Louis Vuitton, principal contributeur aux profits du groupe, a nettement accéléré en fin d'année, signant une croissance organique de 9% (après +5% au trimestre précédent), un chiffre largement supérieur aux 5,0% attendus par les analystes.

Au total, les ventes annuelles du numéro un mondial du luxe, également propriétaire de Céline, Fendi, Moët et Chandon, Bulgari ou Christian Dior, ont progressé de 5% à 37,6 milliards d'euros, un chiffre légèrement supérieur aux 37,25 milliards du consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

Sa croissance annuelle à taux de change constants a atteint 6%, comme en 2015, dépassant là aussi les 5,0% prévus, et sur le seul quatrième trimestre, elle a atteint 8% au lieu des 5,6% anticipés.

Le résultat opérationnel courant ressort en hausse de 6% à 7,026 milliards d'euros (6,87 milliards attendus), pour une marge opérationnelle en progression à 18,7% (18,52% en 2015).

Le résultat net progresse quant à lui de 11% à 3,98 milliards d'euros et le dividende proposé est en hausse de 13% à 4,00 euros.

Après un premier semestre plombé par le ralentissement chinois, la morosité du marché américain et la chute de Hong Kong et des flux touristiques en Europe pour cause d'attentats, le contexte est devenu plus favorable pour le luxe.

Nombre d'analystes voient la demande s'accélérer en 2017 à la faveur de l'amélioration du moral des consommateurs en Chine, du programme de baisses d'impôts massives de Donald Trump aux Etats-Unis, du rebond des dépenses en Russie et au Moyen-Orient grâce au redressement des cours du pétrole.

Le suisse Richemont et l'anglais Burberry ont également fait mieux qu'attendu au dernier trimestre 2016.

Le luxe profite aussi d'une reprise des dépenses des touristes internationaux, qui ont progressé en décembre pour la première fois depuis près d'un an et qui ont rebondi en France, où LVMH réalise 10% de ses ventes et où les attentats avaient fait fuir la clientèle étrangère.

Louis Vuitton avait déjà surpris le marché au troisième trimestre grâce, notamment, à un rebond de ses ventes auprès de la clientèle chinoise, qui pèse pour environ un tiers de son chiffre d'affaires.

Le malletier profite aussi d'un positionnement stratégique payant dans un marché de plus en plus tiré par les consommateurs issus de la classe moyenne, notamment chinoise. Il offre, grâce à une offre très large de sacs et de petite maroquinerie d'entrée de gamme, la meilleure réponse aux besoins des jeunes classes moyennes montantes, selon les analystes de HSBC.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS