LVMH et le secteur du luxe ne connaissent pas la crise

LVMH a publié le 31 janvier des résultats annuels solides, marqués cependant par une croissance organique ralentie par le tassement de l'économie chinoise et la crise en Europe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

LVMH et le secteur du luxe ne connaissent pas la crise

Le numéro un mondial du luxe a vu ses ventes augmenter de 19% à 28,1 milliards d'euros en 2012, un chiffre en ligne avec le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. Mais à taux de change constants, sa croissance se tasse et passe en dessous de la barre des deux chiffres, à 9% après avoir atteint 14% en 2011.

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance à taux constants s'est cependant légèrement accélérée à 8%, par rapport aux 6% du troisième trimestre, grâce à la reprise de l'économie chinoise observée en fin d'année, à la bonne tenue de la consommation de produits de luxe aux Etats-Unis et grâce, en Europe, à la hausse des prix (+8%) intervenue en octobre chez Louis Vuitton.

Après une année en demi-teinte pour la pépite Louis Vuitton, qui compte pour plus de la moitié de la rentabilité du groupe, LVMH, également propriétaire des champagne Dom Perignon ou des parfums Christian Dior, estime, dans un communiqué, pouvoir "poursuivre sa dynamique de croissance en 2013".

Le résultat opérationnel courant progresse de 13% à 5,9 milliards d'euros, mais la marge se tasse d'un point à 21%, tandis que le résultat net avance de 12% à 3,424 milliards d'euros.

Le groupe proposera à ses actionnaires un dividende en hausse de 12% à 2,90 euros.

(avec Reuters, Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS