"Lutter contre les émissions de CO2 est clairement une opportunité pour nous", explique Yann Delabrière de Faurecia

La COP21 s'ouvre le 30 novembre à Paris. L'Usine Nouvelle a demandé à des patrons d'industrie leur opinion sur cette conférence climat très attendue. Filiale de PSA, Faurecia est le cinquième équipementier mondial, selon notre classement annuel exclusif des équipementiers réalisés avec le cabinet Roland Berger. Le PDG Yann Delabrière nous nous détaille les perspectives de croissance que représente la lutte contre le réchauffement climatique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pouvez-vous citer un projet concret qui pourrait faire de votre entreprise un modèle pour d’autres en matière de lutte contre le réchauffement climatique ?

Pour lutter contre le réchauffement climatique, nos efforts d’innovation se portent en premier lieu sur l’allègement, car dix kilos en moins dans une voiture c’est un gramme d’émissions de CO2 en moins par kilomètre. Cet effort sur le poids passe aussi par l’utilisation de nouveaux matériaux, notamment dans le domaine des composites.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Faurecia dispose déjà d’une forte expérience dans ces matériaux, connus pour leur robustesse mais surtout pour leur légèreté. Afin de développer encore ce matériau innovant, qui peut être jusqu’à 50% plus léger que l’acier, Faurecia a porté ses efforts sur la création d’une filière française de la fibre de carbone économique en lançant le projet FORCE au sein de la Plateforme de la Filière Automobile.

Ce projet, qui a reçu le soutien de nombreux industriels français, est entré dans sa phase de développement avec notamment l’Institut de Recherche Technologique Jules Verne à Nantes et la plateforme CANOE en Aquitaine. L’objectif du projet est de diviser par deux le prix de la fibre de carbone d’ici la prochaine décennie afin de permettre la fabrication en grande série de pièces en composites de fibre de carbone, notamment pour l’industrie automobile.

Nous y voyons un moyen de réduire drastiquement la masse de nombreuses pièces automobiles et ainsi contribuer à réduire les émissions de CO2 de nos futures voitures.

Sur quel point précis avez-vous encore du travail à fournir ?

Nos équipes d’innovation ont développé un système unique permettant d’utiliser la chaleur perdue à l’échappement pour la convertir en électricité pour les véhicules hybrides et en puissance directe pour les camions. Les économies d’émissions de CO2 peuvent atteindre 10%. Cette innovation doit maintenant être développée par les équipes de R&D de Faurecia pour rendre le système compatible avec les contraintes du compartiment moteur, notamment en termes de compacité et d’intégration au système de gestion de l’énergie électrique. Les premiers systèmes devraient faire leur apparition sur les camions en 2020. Ensuite, la production devrait rapidement être lancée pour les voitures de tourisme hybrides.

Lutter contre les émissions de CO2 : surcoût ou opportunité pour votre entreprise ?

C’est clairement une opportunité pour Faurecia ! La réduction des émissions de CO2 est au cœur des préoccupations des constructeurs automobiles afin de leur permettre d’atteindre les niveaux d’émissions de 95 grammes par kilomètre attendus pour 2021. Outre le travail sur les moteurs ou l’hybridation, l’allègement arrive en troisième position, c’est pourquoi il est notre principal cheval de bataille, un domaine où Faurecia peut faire gagner 10 grammes d’émissions de CO2 par kilomètre aux constructeurs automobiles.

A titre d’illustration, depuis plus de vingt-cinq ans, Faurecia a mis en œuvre des biomatériaux dans les pièces plastiques que nous livrons aux constructeurs automobiles. Nos plus récentes innovations dans les plastiques contiennent 20% de fibres de chanvre, et sont à la fois plus résistants et 25% plus légers que les plastiques traditionnels. Ce nouveau plastique, appelé NAFILean, équipe déjà en série la Peugeot 308 et la nouvelle Alfa Romeo Giulia. Pour être un acteur majeur dans ce domaine, nous avons d’ailleurs lancé en 2014 une co-entreprise avec une importante coopérative agricole bourguignonne. Nous travaillons activement à la mise au point d’un plastique 100% bio-sourcé, résine et fibres, qui pourra bientôt remplacer les plastiques petro-sourcés pour des applications semi-structurelles automobiles en grande cadence.

Propos recueillis par Pauline Ducamp

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS