Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Lutte contre le terrorisme : "la réponse du gouvernement est ciblée", selon Jérôme Robert

Hassan Meddah ,

Publié le

Entretien Jérôme Robert, directeur marketing de Lexsi, société de conseils en cybersécurité, réagit aux premières annonces du premier ministre Manuel Valls pour la lutte contre le terrorisme, après les attentats qui ont frappé la France début janvier.

Lutte contre le terrorisme : la réponse du gouvernement est ciblée, selon Jérôme Robert © DR

L'Usine Nouvelle - Que vous inspire les premières mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme ?

Jérôme Robert - Le gouvernement devait réagir rapidement après le choc des attentats qui ont frappé la rédaction de Charlie Hebdo et l’hyper Casher de Vincennes début janvier. De ce que l’on comprend aujourd’hui, la réponse de Manuel Valls est très ciblée. Elle va s’appuyer essentiellement sur une expertise déjà forte, le renseignement, sans faire craindre a priori de menace sur les libertés individuelles. Même si la tentation était forte, la France n’a donc pas pris l’option choisie par les Etats-Unis après le 11 septembre qui s’est traduit par une forte restriction de ces libertés.

 

A lire aussi : Vers un Patriot Act à la française ?

Faut-il y voir un rééquilibrage du plan de lutte contre les cybermenaces esquissé hier par le ministre de l’intérieur, la veille, au FIC (forum international de la cybersécurité qui se tient à Lille les 20 et 21 janvier) ?

Le premier ministre a insisté sur le fait que ces mesures seraient ciblées. Les nouveaux moyens humains dans le domaine du renseignement seront utiles pour surveiller un nombre limité de personnes préalablement identifiées comme potentiellement dangereuses sur la base de critères rationnels. Le discours de Bernard Cazeneuve au FIC laissait plutôt craindre une surveillance à grande échelle à base d’outils d’interception puissants capables de capter les métadonnées [données techniques sur les communications comme les identifiants des correspondants, l’heure et la durée des appels, ndlr].

Ces mesures vous paraissent-elles à la hauteur ?

Sur le papier, l’effort est considérable. Autant par l’investissement annoncé de l’ordre de 425 millions d’euros que par les 2680 embauches prévues. Cependant tout n’est pas clair. A quels services précisément cet effort va-t-il être affecté ? Il faudra attendre les précisions apportées par la future loi sur les services de renseignement.

Propos recueillis par Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle