Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Lush, handmade à grande échelle

Par Marion Garreau

Publié le

La marque de cosmétique séduit de plus en plus avec ses « produits frais et faits main ». Leurs odeurs et couleurs vives intriguent. Plongée dans les coulisses de fabrication.

Lush, handmade à grande échelle
À Poole, l’usine Lush fonctionne à flux tendu, les produits devant être en magasin 21 jours maximum après leur fabrication.

Une forte odeur de bonbon. Un morceau de Beyoncé en musique de fond, mixé au cliquetis de dizaines de mains s’activant sur des paillasses. En entrant dans l’atelier de l’anglais Lush, le contraste avec une usine classique de cosmétiques est saisissant. Ce site est l’une des 15 unités de production installées par le groupe à Poole, ville portuaire au sud-ouest de Londres qui l’a vu naître. 814 salariés y travaillent, le double en période de Noël. Sans blouse ni charlotte, seulement munis de gants et parfois d’un tablier en plastique bleu, ils ressemblent à des marmitons dans des cuisines géantes. Ici, tout ou presque est fait à la main, du pelage et de la découpe des fruits et légumes au modelage des produits, en passant par le dosage des ingrédients.

La fraîcheur est la marque de fabrique de Lush. L’usine fonctionne donc à flux tendu. Les produits, qui doivent être en magasin 21 jours maximum après leur fabrication, sont envoyés au plus vite vers les boutiques réparties dans toute l’Europe et jusqu’en Corée du Sud. Parfois, ils quittent l’usine le soir même. L’idéal pour les masques pour le visage, à base de fruits et de légumes et sans conservateur. Pour assurer la traçabilité, ceux du jour auront une étiquette à l’effigie de Johanna. D’origine polonaise, cette jeune maman de 30 ans travaille chez Lush depuis trois ans. Elle est entrée dans l’usine par la petite porte, avant de devenir une « compounder » (qui applique les recettes). Un poste qui nécessite six à douze mois de formation. « N’importe qui recherchant un travail peut venir chez Lush, explique Mandy Stockley, responsable de production, dans l’entreprise depuis quinze ans. Pour être opérateur, il faut seulement deux ou trois jours de formation. Après, si un salarié est motivé et qu’il s’intéresse aux produits et à leur composition, il peut progresser. »

Jusqu’à 50 000 produits fabriqués par jour

Au département des produits pour le bain, 50 personnes s’affairent le jour, 30 autres de 22 heures à 6 heures du matin. Cette nocturne n’est ouverte qu’en période de forte demande, comme en cette fin octobre, avec Noël à l’horizon. « Nous sortons de ce bâtiment 30 000 produits chaque jour en période normale, et 50 000 actuellement », explique Mandy Stockley. Pour fabriquer le pain moussant Comforter, un bloc qui s’effrite au-dessus du bain, tout commence derrière un rideau à lanières en plastique. Du bicarbonate de soude, du sulfate de sodium, de la crème de tartre, des colorants et un mélange de parfums et huiles essentielles produits par le laboratoire – le seul endroit tenu secret – sont versés dans une grande cuve, puis mélangés par un batteur électrique géant jusqu’à l’obtention d’une pâte, blanche ou fuchsia selon la recette. Au cœur du hangar, une salariée récupère un morceau de chaque pâte, qu’elle étale avec un rouleau à pâtisserie avant de les superposer, puis de les rouler en un boudin marbré. En face, une autre salariée va le découper en petits blocs de 250 grammes, un poids vérifié sur une balance de cuisine. Ensuite, direction la chambre froide, où les blocs vont sécher pendant vingt-quatre heures. Les pains sont alors prêts à être mis en carton, protégés par un papier préalablement froissé par une machine, la seconde impliquée dans la fabrication. 1,2 tonne de Comforter sortira de l’usine ce jour-là.

Pour l’approvisionnement, le groupe ne prend pas d’intermédiaires et privilégie les producteurs locaux, l’agriculture biologique et le commerce équitable. Il refuse les fournisseurs pratiquant des tests sur les animaux, l’un de ses combats historiques. Lancée en 1995, avec une production faite en boutique, l’entreprise est aujourd’hui un groupe de 17 821 personnes, présent dans 49 pays à travers 933 boutiques. Outre le Royaume-Uni, il dispose d’usines dans sept pays, dont le Japon et le Brésil. Partout, le fait main reste la règle. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle