Lufthansa veut se restructurer en profondeur après une lourde perte au premier trimestre

Publié le

par Ludwig Burger

Lufthansa veut se restructurer en profondeur après une lourde perte au premier trimestre
La compagnie aérienne allemande Lufthansa a fait état mercredi d'une perte nette de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre, la pandémie de coronavirus l'ayant contrainte à passer d'importantes dépréciations d'actifs face à l'arrêt brutal de son activité. /Photo prise le 26 mai 2020/REUTERS/Fabrizio Bensch
© Fabrizio Bensch

FRANCFORT (Reuters) - Lufthansa, qui a fait état mercredi d'une perte nette de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre, s'est engagé à restructurer en profondeur ses activités après avoir bénéficié d'une aide publique de neuf milliards d'euros.

Le groupe allemand, qui veut réduire ses coûts, supprimer des emplois et céder des actifs jugés non essentiels, a souffert comme d'autres compagnies aériennes de la crise liée au coronavirus. Celle-ci l'a contraint à passer d'importantes dépréciations d'actifs face à l'arrêt brutal de son activité.

"Au regard de la très lente reprise de la demande, nous devons à présent prendre des mesures de restructuration de grande envergure", a déclaré le président du directoire, Carsten Spohr.

Lufthansa, maison mère des compagnies Austrian Airlines, Brussels Airlines, et Swiss International Air Lines, a dit s'attendre à une baisse significative de son chiffre d'affaires cette année et a entamé les négociations avec les représentants syndicaux pour supprimer des emplois.

Dans le cadre de ces négociations, Brussels Airlines réduirait sa flotte de 30% et ses effectifs de 25% tandis que chez Austrian Airlines, les baisses sur ces deux catégories seraient de 20%.

Le groupe prévoit également de céder à moyen terme des actifs non essentiels. En avril, il a lancé la vente de LSG, son activité de restauration, dont la procédure avait été retardée en mars en raison de l'épidémie de coronavirus.

La perte affichée par le groupe allemand sur les trois premiers mois de l'année est à comparer à une perte de 342 millions d'euros il y a un an. Elle est due à des dépréciations de 266 millions d'euros sur la flotte, de 100 millions d'euros sur la valeur comptable de LSG North America et de 57 millions sur la filiale à bas coûts Eurowings, a précisé Lufthansa.

L'effondrement des contrats de couverture sur le kérosène ont représenté un impact supplémentaire de 950 millions d'euros.

A la Bourse de Francfort, l'action Lufthansa, qui pourrait selon les analystes sortir du DAX-30 pour la première fois depuis le lancement de cet indice en 1988, prenait 4,25% à 9,85 euros vers 9h05 GMT.

Le nombre de passagers transportés en avril par Lufthansa, dont l'intégralité de la flotte est quasiment clouée au sol en raison de la pandémie, a chuté de 98% en glissement annuel à 241.000. Le groupe a cependant présenté mercredi un plan pour accroître ses capacités en septembre à 40% du niveau prévu avant la pandémie.

Le conseil de surveillance de Lufthansa a approuvé lundi un plan de sauvetage public de neuf milliards d'euros qui prévoit notamment une prise de participation de 20% de l'Etat allemand dans le transporteur.

(Version française Diana Mandiá et Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte