L'Usine Aéro

Pour la compagnie Lufthansa, la crise du transport aérien se poursuivra au moins jusqu'en 2024

, ,

Publié le , mis à jour le 06/08/2020 À 14H18

Lufthansa, qui a affiché jeudi sa pire perte opérationnelle à 1,7 milliard d'euros au deuxième trimestre, a déclaré ne pas s'attendre à un retour du transport aérien à son niveau d'avant la crise avant 2024 au mieux.

Pour la compagnie Lufthansa, la crise du transport aérien se poursuivra au moins jusqu'en 2024
Lufthansa, qui a affiché jeudi sa pire perte opérationnelle à 1,7 milliard d'euros au deuxième trimestre, a déclaré ne pas s'attendre à un retour du transport aérien à son niveau d'avant la crise avant 2024 au mieux.
© Wikipedia commons

Pas de retour à la normale avant 2024 pour le secteur aérien. C'est en tout cas ce que prévoit la compagnie allemande Lufthansa. Celle-ci a enregistré la pire perte trimestrielle de son histoire au deuxième trimestre (1,7 milliards d'euros). Le nombre de passagers transportés par Lufthansa entre avril et juin a chuté de 96% en raison des mesures de confinement et des restrictions sur les déplacements, ce qui a entraîné un recul de son chiffre d'affaire trimestriel à 1,9 milliard d'euros, en baisse de 80%.

Restructuration "inévitable"

"Nous ne nous attendons pas à ce que la demande revienne au niveau d'avant la crise avant 2024", a déclaré le président du directoire Carsten Spohr, ajoutant qu'une "restructuration de grande envergure" serait inévitable.

Le groupe allemand, qui souhaite rembourser l'aide publique de neuf milliards d'euros dont il a bénéficié et limiter ses pertes pendant la pandémie, a annoncé le mois dernier une réduction de 20% des postes de direction et la suppression de 1.000 emplois administratifs.

Lufthansa, maison mère des compagnies Austrian Airlines, Brussels Airlines, et Swiss International Air Lines, vise aussi à supprimer 22.000 postes à temps plein.

Lente reprise

Le groupe allemand a également annoncé son objectif d'augmenter de près de 40% le nombre de ses vols court et moyen-courriers au troisième trimestre, et de près de 20% pour les long-courriers. Pour le quatrième trimestre, le groupe prévoit une hausse de 55% de vols court et moyen-courriers et de 50% de vols long-courriers.

Son concurrent Air France-KLM, qui a bénéficié du soutien financier des gouvernements français et néerlandais, a annoncé la semaine dernière prévoir une reprise de vols à hauteur de deux tiers avant la fin de l'année.

Lufthansa s'attend à une perte opérationnelle ajustée au second semestre et à une baisse significative de son bénéfice opérationnel pour l'ensemble de l'année en raison de l'exploitation très limitée d'importantes liaisons long-courriers.

Avec Reuters (Caroline Copley, Ilona Wissenbach, version française Anait Miridzhanian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte