Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Lucibel relocalise en France la production de ses luminaires à LED

Ridha Loukil

Publié le

Après avoir fabriqué ses ampoules et lampes à LED grand public en Chine, Lucibel a rapatrié sa production en France, en interne. Un revirement qui s’inscrit dans sa stratégie de repositionnement sur l’éclairage professionnel.

Lucibel relocalise en France la production de ses luminaires à LED
Usine de fabrication des luminaires à LED de Lucibel
© D.R.

Après avoir fabriqué ses ampoules et lampes à LED grand public en Chine, Lucibel, qui compte 150 personnes et affiche un chiffre d'affaires de 27 millions d’euros en 2016, a profité de son recentrage sur l’éclairage professionnel en 2014 pour revenir progressivement fabriquer ses produits en France. « Nous voulions nous rapprocher de nos clients, nous affranchir des transports et éviter les stocks, explique Yves-Heny Brepson, son directeur général délégué. Notre vocation est de réaliser des solutions d’éclairage sur mesure. Nous avons besoin de la proximité avec les clients pour adapter les produits à leurs spécifications. Nous ne pouvons pas le faire avec la réactivité, la qualité de service et le conseil nécessaires en conservant notre production en Chine. »

Moins de volumes mais des produits plus chers et sur mesure

Après la sortie du marché grand public en 2014, finies la bataille sur les prix et la course au volume. Les systèmes d’éclairage réalisés aujourd’hui pour les magasins, hôtels, entrepôts ou usines coûtent jusqu’à 2000 euros la pièce. Et les volumes vont de 1000 à 6000 pièces. Un positionnement qui justifie l’investissement dans une production locale en propre.

« Nous nous sommes doté d’une équipe R&D de quatre personnes pour nous différencier sur le marché par l’écoconception des produits, détaille Yves-Heny Brepson. Et nous avons créé un atelier d’assemblage de 4000 m2 en récupérant une partie de l’usine d’un partenaire dans la construction électrique à Barentin. L’activité de fabrication occupe aujourd’hui 26 personnes. » Le directeur général délégué se garde de dévoiler le nom du partenaire en question. Mais, selon les information de L'Usine Nouvelle, il s'agit de Schneider Electric. Pour la maitrise de métiers comme le travail des métaux, la peinture ou le prototypage, Lucibel s’appuie sur Procédés Hallier, une société d’éclairage pour musées qu’il a rachetée en janvier 2014.

Appel à des fournisseurs locaux ou en Europe

Il a fallu trouver des fournisseurs locaux ou en Europe, même si les composants électroniques comme les LED viennent d’Asie. « La carte électronique, la tôlerie, la peinture, les emballages, les pièces plastiques, les câbles… presque tout est fait en France pour garder une chaine logistique la plus courte possible et gagner du temps », affirme Yves-Heny Brepson.

Compte tenu de la variété des produits et des faibles volumes, l’assemblage reste manuel. Mais, pour rester compétitif en prix par rapport à une fabrication en Chine, Lucibel a mis une démarche de standardisation des composants utilisés, de capitalisation sur les expériences passées, de sélection des bons fournisseurs et d’optimisation des tâches des opérateurs.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus