Lourdes sanctions pour entente illicite dans la parfumerie

PARIS (Reuters) - La cour d'appel de Paris a frappé d'un total de plus de 40 millions d'euros d'amendes pour entente illicite sur les prix à la fin des années 1990 une douzaine de marques de parfumerie et cosmétiques et trois de leurs distributeurs, Marionnaud, Nocibé et Sephora.

Partager

Les deux sanctions les plus fortes sont pour les distributeurs Sephora (8,3 millions d'euros) et Marionnaud (12,8 millions). Cet arrêt, révélé vendredi par le site internet du quotidien Les Echos et rendu jeudi, constitue en principe l'épilogue d'un dossier ouvert depuis 13 ans.

Le Conseil de la concurrence, qui s'était autosaisi de l'affaire en 1998, avait établi par des relevés de prix et une enquête approfondie que les fabricants s'étaient entendus avec les distributeurs sur le prix de revente au détail, de façon à les majorer.

Ces pratiques auraient fait augmenter les prix pour les consommateurs d'au moins 3% entre 1997 et 2000, estimait-il. La cour d'appel a confirmé pour l'essentiel ses conclusions et le montant des amendes.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LES ECHOS
ARTICLES LES PLUS LUS