Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Louis Gallois propose un "pacte pour la compétitivité"

, , , ,

Publié le

 L'ex-PDG de la SNCF et d'EADS Louis Gallois propose un "pacte pour la compétitivité de l'industrie française" dans le rapport qu'il a remis ce lundi matin au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à la veille d'un séminaire gouvernemental sur le sujet.

Louis Gallois propose un pacte pour la compétitivité © virginiamol - Morguefile - C.C.

Le commissaire à l'investissement a présenté au gouvernement "22 mesures principales" pour enrayer le "décrochage" de la France. Comme l'affirmait le quotidien économique Les Echos, Louis Gallois a confirmé recommander une baisse des cotisations sociales de l'ordre de 30 milliards d'euros, dont 1/3 tiers pour les charges salariales et 2/3 tiers pour les charges patronales, jusqu'à 3,5 fois le smic. Il propose de les baisser en deux ans maximum, et de préférence en une seule année, pour apporter un "ballon d'oxygène" suffisant aux entreprises.

"Si les contraintes des finances publiques ou la volonté de limiter l'impact sur la demande des ménages l'imposaient, il ne faudrait pas, à notre sens, aller au-delà de la réalisation sur deux ans, sinon on courrait un risque de dilution", note-t-il dans son rapport.

Retarder l'éxonération de taxe sur l'assurance-vie

Il a par ailleurs recommandé de retarder le moment à partir duquel les bénéfices tirés des contrats d'assurance-vie sont exonérés de taxation afin de rallonger la durée de détention et d'orienter ces fonds vers les entreprises. Afin de mieux orienter l'épargne vers les entreprises, Louis Gallois préconise que la "durée des contrats d'assurance vie soit allongée par une adaptation de leur régime fiscal et que, par les mêmes moyens, les contrats en unités de compte (c'est-à-dire investis en actions), actuellement très minoritaires (...) soient avantagés par rapport aux contrats dits en euros (placements essentiellement obligataires)", selon le rapport.

Dans ce document, Louis Gallois reprend ainsi l'idée d'un "pacte" avancé par le président François Hollande et le gouvernement, en lieu et place du "choc de compétitivité" réclamé par les chefs d'entreprises et leur principale organisation, le Medef.

"Nous avons besoin que se noue une sorte de pacte social entre tous les partenaires, pacte social qui est le véritable socle du pacte pour la compétitivité de la France", a déclaré Louis Gallois. "Je crois que nous avons besoin d'une véritable mobilisation et, je ne crains pas de le dire, d'un véritable patriotisme. Il faut que le club France travaille de manière solidaire et s'engage dans cette reconquête".

"Cela prendra du temps, cela veut dire qu'il faudra de la méthode et de la persévérance", et "il faudra que les Français soutiennent cet effort collectif qui peut être aussi un magnifique projet pour notre pays, celui de la reconquête industrielle", a-t-il encore précisé.

Des "décisions fortes du gouvernement"

Lors d'une conférence de presse au sommet de l'Asem (Asie-Europe) à Vientiane, François Hollande a affirmé que  "des décisions fortes" seraient prises par le gouvernement mardi au sujet de la compétitivité.

"Demain (mardi), le gouvernement tirera les conclusions du rapport Gallois et il y aura des décisions fortes qui seront prises", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au sommet de l'Asem (Asie-Europe) à Vientiane.

Rapport LG - Pacte compétitivité - 05112012Avec Reuters

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/11/2012 - 16h13 -

Tiens !!!! Et toute votre mascarade sur "l'enterrement" du rapport, les "raisons de désespérer" ? Alors que je m'égosillais à vous dire dans les commentaires qu'il proposerait une trajectoire (30Mds sur 3 ans, comme ça avait fuité) alors que vous vous focalisiez (à la suite du Figaro) sur les 30Mds ! Et votre interview de Parisot... On voit désormais bien l'agenda des patrons du CAC, bons suppôts de l'UMP (tous membres du Premier Cercle probablement) : le dumping social, la remise en cause du pacte social post-Résistance et la ruine de la France, et certainement pas une quelconque amélioration de la compétitivité.+
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle