Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Louis Gallois prône une baisse des cotisations sociales pour retrouver la compétitivité

Elodie Vallerey , , , ,

Publié le

Le Commissaire général à l'investissement s'est prononcé pour un "choc de compétitivité"  dans les secteurs exposés à la concurrence internationale.

Louis Gallois prône une baisse des cotisations sociales pour retrouver la compétitivité © D.R.

Louis Gallois a pris ce week-end sa première position ferme depuis sa nomination en tant que Commissaire général à l'investissement début juin. L'ex-patron d'EADS prône ainsi une réduction massive des cotisations payées par les entreprises françaises exposées à la concurrence internationale, afin d'améliorer leur compétitivité.

"Il y a un consensus assez large, face à ce phénomène de dégradation (de la compétitivité nationale, ndlr) qui paraît inéluctable, et dont nous voyons tous les jours les éléments dans la presse avec les plans sociaux et évidemment le déficit massif de notre commerce extérieur : je crois qu'il faut faire un choc de compétitivité, qui doit toucher le secteur exposé", a-t-il expliqué lors des 12e Rencontres économiques d'Aix-en-Provence le 7 juillet.

"Pour toucher le secteur exposé, il faut que ce choc soit assez massif et qu'il porte sur les cotisations sociales, concernant des salaires relativement élevés. Il s'agit de transférer 30 à 50 milliards pour avoir un effet significatif", a-t-il ajouté.

Créer une onde de choc avec des mesures drastiques

Mais il a reconnu que les "marges de manoeuvre sont extrêmement limitées" pour procéder à de tels transferts. Le gouvernement a en effet décidé d'abroger la 'TVA sociale' votée par l'ancienne majorité, qui consistait justement à réduire fortement les cotisations patronales, pour baisser le coût du travail, en les compensant par une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée.

"La TVA sociale a tué le débat sur la possibilité d'augmenter le taux général" de cet impôt, a-t-il lancé, avant d'évoquer d'autres pistes comme les "taux intermédiaires" de la TVA, et "certainement la CSG", voire "la fiscalité des retraités", jugeant anormal qu'elle leur soit très favorable.

"On a besoin je crois de créer un choc de confiance dans le pays. Il va falloir à un moment ou à un autre qu'on se rende compte qu'on ne peut pas se contenter de demi-mesures", a également indiqué Louis Gallois, appelant à "créer une onde de choc" en faveur des entreprises.

Ce haut fonctionnaire de 68 ans a succédé début juin à René Ricol, nommé fin 2009 pour gérer les 35 milliards d'euros consacrés aux "investissements d'avenir". Interrogé sur le rôle de son commissariat dans le futur plan Hollande pour la filière automobile, l'un des principaux chantiers industriels qui attendent le nouveau président de la République, Louis Gallois a refusé de faire un commentaire.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/07/2012 - 18h53 -

Il a raison, en France on continue à se voiler la face, on préfère payer des chômeurs qui nous coutent cher que de prendre le taureau par les cornes.
Je rêve....non je ne rêve pas on est dans un système étatique, politico sociale et intellectuel journalistique débile de gens qui démolissent la France depuis l'arrivée de Mittérand.
On marche sur la tête, on se voile la face et surtout ceux qui ont le pouvoir de l'argent "le vrai pouvoir" se marrent et nous ferons pas de cadeaux.
La France devient de plus en plus un pays qui n'a plus de crédibilité et qui n'aura plus son mot à dire.....Bonjour tristesse!!!!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle