Louis Gallois : "L'aéronautique est un trésor qu'il faut faire fructifier"

Le président d’EADS a reçu hier, mercredi 21 mars, le prix Icare pour son engagement dans l’industrie aéronautique. L’occasion pour lui de rappeler toute l'importance et le potentiel  du secteur pour la France et l'Europe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Louis Gallois :

Alors qu'il lâchera les rênes du groupe EADS fin mai, son président exécutif Louis Gallois a pu exprimer le grand intérêt qu'il a eu à diriger de grands groupes aéronautiques. "Etre le patron d'entreprises comme SNECMA (branche propulsion de Safran, ndlr) et d'EADS est un privilège extraordinaire. L'industrie aéronautique et spatiale est un joyau pour la France".

Il s'exprimait hier devant les membres de l'association des journalistes de presse aéronautique et de l'Espace (AJPAE), qui lui ont décerné le prix ICARE qui distingue l'oeuvre et l'engagement d'une personnalité dans ces domaines.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Louis Gallois en a profité également pour distiller quelques conseils de politique industrielle. "Il faut d'abord s'appuyer sur les industries fortes et relancer ce qui est faible par la suite. Sur le plan technologique, la France est sûrement le deuxième acteur au niveau mondial derrière les Etats-Unis. C'est un trésor qu'il appartient de faire fructifier."

Le patron d'EADS estime même que l'aéronautique pourrait inspirer d'autres secteurs industriels : "L'industrie aéronautique, principalement Ariane et Airbus, est le symbole de l'Europe qui marche. Un symbole susceptible d'entrainer l'opinion publique vers l'Europe. D'autres dynamiques industrielles de ce type doivent être crées". Il se félicite d'ailleurs des rapprochements franco-allemands dans le secteur automobile, entre Peugeot et BMW et ainsi qu'entre Renault et Daimler.

Selon l'ancien patron de la SNCF, la réussite d'EADS tient tout de même du miracle. "Il s'agit de la fusion de quatre entreprises de quatre pays différents. Qui pouvait penser que cela réussisse ?"

En 2011, les résultats d'EADS ont été remarquables. En 12 ans, le chiffre d'affaires du groupe a cru de 85%, 17000 embauches ont été réalisées, des dizaines de milliards d'euros ont été investis dans la recherche et développement.

Incontestablement, Louis Gallois laisse à son successeur, l'Allemand Tom Enders, un groupe en ordre de marche.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS