Louis Gallois convaincu que le CICE fera bien baisser le coût du travail

Dès 2014, "la pression fiscale va baisser grâce au crédit d'impôt (pour la compétitivité et l'emploi, CICE) et cela continuera en 2015", a déclaré Louis Gallois lors de la 6e conférence annuelle des entrepreneurs organisée au ministère de l'Economie. Il répondait à un jeune entrepreneur qui venait de dire que le coût du travail n'avait "absolument pas baissé".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Louis Gallois convaincu que le CICE fera bien baisser le coût du travail

Le commissaire général à l'investissement Louis Gallois, auteur il y a un an d'un rapport sur la compétitivité ayant conduit à une série de mesures, s'est vivement insurgé lundi contre l'idée que le coût du travail ne baisserait pas en France.

"Je suis désolé, 20 milliards ce n'est pas absolument négligeable et la pression fiscale en 2014 sur les entreprises sera inférieure à ce qu'elle était en 2013", a lancé Louis Gallois dans des propos rapportés par l'AFP. Il s'exprimait à l'occasion de la 6e conférence annuelle des entrepreneurs organisée ce lundi 18 novembre au ministère de l'Economie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"La pression fiscale va baisser grâce au crédit d'impôt (pour la compétitivité et l'emploi, CICE) et cela continuera en 2015", a-t-il insisté en réponse à un jeune entrepreneur qui venait de dire que le coût du travail n'avait "absolument pas baissé".

"On a tout à fait le droit de considérer que ce n'est pas assez, qu'il faut aller plus loin et regarder les prestations sociales", a poursuivi Louis Gallois, quittant quelque peu le ton calme qui lui est coutumier.

100 milliards de prévélèments excessifs pour Pierre Gattaz

Au cours de cette conférence, Pierre Gattaz, avait pour sa part répété que, selon lui, 100 milliards de prélèvements sociaux et fiscaux de trop pesaient sur les entreprises de France. Dimanche, le président du Medef s'était d'ailleurs dit favorable à l'augmentation de la TVA, pour autant qu'elle reste "mesurée" et serve à abaisser le coût du travail en France

"Mais on ne peut pas dire qu'il ne se fait rien: 20 milliards c'est un point de PIB (produit intérieur brut) dans une période extraordinairement difficile pour l'économie française. Déplacer un point de PIB c'est considérable", a ajouté Louis Gallois.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS