Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Louis Gallois convaincu que le CICE fera bien baisser le coût du travail

,

Publié le

Dès 2014, "la pression fiscale va baisser grâce au crédit d'impôt (pour la compétitivité et l'emploi, CICE) et cela continuera en 2015" , a déclaré Louis Gallois lors de la 6e conférence annuelle des entrepreneurs organisée au ministère de l'Economie. Il répondait à un jeune entrepreneur qui venait de dire que le coût du travail n'avait "absolument pas baissé" .

Louis Gallois convaincu que le CICE fera bien baisser le coût du travail © Pascal Guittet

Le commissaire général à l'investissement Louis Gallois, auteur il y a un an d'un rapport sur la compétitivité ayant conduit à une série de mesures, s'est vivement insurgé lundi contre l'idée que le coût du travail ne baisserait pas en France.

"Je suis désolé, 20 milliards ce n'est pas absolument négligeable et la pression fiscale en 2014 sur les entreprises sera inférieure à ce qu'elle était en 2013", a lancé Louis Gallois dans des propos rapportés par l'AFP. Il s'exprimait à l'occasion de la 6e conférence annuelle des entrepreneurs organisée ce lundi 18 novembre au ministère de l'Economie.

"La pression fiscale va baisser grâce au crédit d'impôt (pour la compétitivité et l'emploi, CICE) et cela continuera en 2015", a-t-il insisté en réponse à un jeune entrepreneur qui venait de dire que le coût du travail n'avait "absolument pas baissé".

"On a tout à fait le droit de considérer que ce n'est pas assez, qu'il faut aller plus loin et regarder les prestations sociales", a poursuivi Louis Gallois, quittant quelque peu le ton calme qui lui est coutumier.

100 milliards de prévélèments excessifs pour Pierre Gattaz

Au cours de cette conférence, Pierre Gattaz, avait pour sa part répété que, selon lui, 100 milliards de prélèvements sociaux et fiscaux de trop pesaient sur les entreprises de France. Dimanche, le président du Medef s'était d'ailleurs dit favorable à l'augmentation de la TVA, pour autant qu'elle reste "mesurée" et serve à abaisser le coût du travail en France

"Mais on ne peut pas dire qu'il ne se fait rien: 20 milliards c'est un point de PIB (produit intérieur brut) dans une période extraordinairement difficile pour l'économie française. Déplacer un point de PIB c'est considérable", a ajouté Louis Gallois.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle