Louis Dreyfus intéressé par la reprise de deux navires SeaFrance

Le consortium Louis Dreyfus / DFDS doit affréter ce vendredi un second navire pour assurer la liaison Calais Douvres, auparavant réalisée par SeaFrance.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Louis Dreyfus intéressé par la reprise de deux navires SeaFrance

Les repreneurs potentiels des trois navires de SeaFrance ont jusqu’au 4 mai pour déposer leur dossier de reprise. Et le consortium Louis Dreyfus / DFDS vient de faire savoir qu’il pourrait se lancer dans cette course.

"Nous n'avons pas encore pris de décision, on va en discuter très rapidement avec nos partenaires (...) la semaine prochaine, a déclaré Gildas Maire, président de LD Lines, filiale de Louis Dreyfus Armateurs (LDA), lors d'un point presse à Calais. Si jamais nous devions faire une offre, nous n'envisageons pas à nouveau de mettre la région en surcapacité de navires (...) et nous pourrions acheter des bateaux pour les opérer sur des lignes du réseau DFDS".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’objectif du groupe était dans un premier temps d’avoir deux bateaux pour assurer la liaison entre Calais et Douvres pour ensuite vérifier que la performance commerciale était bien là. LD Lines et l'armateur danois DFDS avaient relancé le 17 février les rotations entre Calais et Douvres, interrompues fin novembre du fait des difficultés de SeaFrance, grâce au Norman Spirit.

Les deux groupes doivent lancer ce vendredi le Deal-Seaways (ex-Barfleur), un navire loué à la compagnie Brittany Ferries pour six mois. Sur ces navires, sont embauchés selon le patron de LD Lines 301 personnes, dont près des deux tiers sont d’anciens salariés de la compagnie de ferries.

"Lorsqu'on s'est engagé vis-à-vis du gouvernement et de la région, on s'est engagé à affréter deux navires sous pavillon français et à créer 300 nouveaux postes. On a respecté nos engagements et on a fait le maximum de ce que la loi nous permettait de faire", a estimé le président de LD Lines.

L’ex-compagnie de ferries a été placée en liquidation judiciaire le 9 janvier dernier.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS