Londres présente son nouveau régime douanier post-Brexit

par Kylie MacLellan et Elizabeth Piper
Partager
Londres présente son nouveau régime douanier post-Brexit
Le Royaume-Uni a présenté mardi un nouveau régime douanier pour l'après Brexit censé se substituer au Tarif extérieur commun (TEC) de l'Union européenne. /Photo prise le 31 janvier 2020/REUTERS/Toby Melville

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a présenté mardi un nouveau régime douanier pour l'après Brexit censé se substituer au Tarif extérieur commun (TEC) de l'Union européenne, en maintenant des droits de douane de 10% sur les voitures importées mais en les supprimant sur 30 milliards de livres (33,6 milliards d'euros) d'importations entrant dans les chaînes d'approvisionnement britanniques.

Après avoir confié sa politique commerciale extérieure à l'Union européenne pendant des dizaines d'années, la Grande-Bretagne, qui a quitté officiellement le bloc communautaire le 31 janvier, négocie désormais des accords de libre-échange avec d'autres pays.

Le royaume et les Etats-Unis ont officiellement lancé début mai un premier cycle de négociations commerciales, faisant part de leur souhait d'avancer rapidement vers la conclusion d'un accord de libre-échange.

Le gouvernement britannique souhaite conclure des accords couvrant 80% de son commerce extérieur d'ici trois ans. Le nouveau régime s'appliquera uniquement aux pays pour lesquels aucun accord n'a été conclu.

Londres estime que ce nouveau régime, baptisé UK Global Tariff (UKGT), sera plus simple et moins cher que le TEC européen, car il supprimera notamment tous les droits de douane inférieurs à 2%.

"Le nouveau UK Global Tariff bénéficiera aux consommateurs et aux ménages britanniques en réduisant les formalités administratives et en abaissant le coût de milliers de produits courants", a déclaré la secrétaire d'Etat au Commerce international, Liz Truss.

Dans le cadre de ce nouveau régime, les droits de douane seront supprimés sur une large gamme de produits: 60% des échanges entreront au Royaume-Uni en franchise de droits aux conditions de l'OMC ou via l'actuel accès préférentiel à compter de janvier 2021, selon le gouvernement.

Les droits de douane seront cependant maintenus sur un certain nombre de produits liés à l'agriculture, l'automobile et la pêche, afin de préserver les secteurs concernés localement.

"Maintenir une protection de l'agriculture a un sens en tant que monnaie d'échange pour les négociations avec l'UE et les Etats-Unis. Mais cela implique des hausses de coûts importantes pour les importations agricoles en l'absence d'accord de libre-échange entre Royaume-Uni et UE", estime Thomas Sampson, professeur associé à la London School of Economics.

Le projet prévoit aussi une suppression des droits de douane sur les produits visant à améliorer l'efficacité énergétique et une exemption temporaire pour les ceux utilisés pour combattre le COVID-19, comme les équipements de protection individuelle.

(version française Claude Chendjou et Marc Angrand, édité par Jean-Philippe Lefief)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS